De l’hydrogène dans votre assiette ?

L’hydrogénation est un processus par lequel on ajoute de l’hydrogène à un acide gras. L’hydrogénation a été mise au point fin XIXème par des industriels pour transformer des huiles liquides en corps gras semi-solides ou solides afin de pouvoir les transporter facilement, les conserver plus longtemps empêcher leur oxydation et leur rancissement. L’hydrogénation améliore la stabilité des huiles à la chaleur et à l’oxygène. Pour hydrogéner une huile, on fait réagir le corps gras avec de l’hydrogène à température et pression élevées, par catalyse. Le catalyseur permet de  démarrer la réaction, le platine ou le nickel, qui au passage sont des métaux lourds, sont particulièrement efficaces. La source d’hydrogène est principalement du dihydrogène gazeux produit de manière industrielle par reformage d’hydrocarbures (sous l’action de la vapeur d’eau et de la chaleur, les atomes qui constituent l’hydrocarbure se séparent et se réarrangent en dihydrogène (H2) d’une part et dioxyde de carbone (CO2) d’autre part).

Continue reading “De l’hydrogène dans votre assiette ?”

Lâcher-prise et accepter l’impermanence

La définition du terme lâcher prise nous dit : laisser aller ce qu’on tient avec force. Si aujourd’hui ce concept “à la mode” est devenu synonyme de zen et de méditation, il est fort dommage de simplement l’associer à une méthode de relaxation. En réalité le lâcher prise s’oppose au terme de contrôle (ou de perfection), en effet on souhaite tous plus ou moins avoir le contrôle sur notre travail, sur notre vie personnelle, sur nos émotions, sur les uns et les autres, etc… Et nous aimerions aussi avoir le contrôle sur les événements qui, justement, sont hors de notre contrôle. L‘impermanence comme son nom l’indique est ce qui n’est pas permanent. La fleur est un parfait exemple de l’impermanence : épanouie aujourd’hui, fanée demain, elle laissera sa place à un fruit, ou pas…

Continue reading “Lâcher-prise et accepter l’impermanence”

photo box 2

La grande histoire de la petite box (épisode 1)

Vous me connaissez maintenant, j’aime partager avec vous mes découvertes en cuisine : une recette ? Un produit ? Une nouvelle marque ?  Vite, il faut que je vous le raconte !

Alors, avec l’équipe du magazine, on a décidé de tester ma créativité tous les mois : je reçois une box de produits et … à moi de les « sublimer » dans ma cuisine (comme diraient les chefs). Le challenge, c’est que je ne connais pas à l’avance le contenu de ma box…

Continue reading “La grande histoire de la petite box (épisode 1)”

Référendum huile de palme 3/3 : les enjeux sociaux-économiques

Dans notre premier article, nous avons abordé les impacts santé de l’huile de palme, et nous avons bien différencié l’huile de palme vierge de l’huile de palme hydrogénée. Le second article portait sur les impacts environnementaux de cette production, et nous avons confirmé que la production conventionnelle est une véritable catastrophe, et que depuis peu une production biologique d’huile de palme voit le jour dans de meilleures conditions, mais que cela reste une goutte d’eau. Il reste donc un troisième aspect à aborder et non des moindres, c’est l’aspect socio-économique. En effet, les producteurs d’huile de palme (Malaisie, Indonésie et Colombie) se trouvent dans l’hémisphère sud, tandis que les consommateurs (Europe, Inde, Chine et Etats-Unis) se trouvent eux, dans l’hémisphère Nord. Parce qu’elle est peu mécanisée au niveau de la cueillette des fruits, la culture du palmier à huile permet directement ou indirectement de faire vivre des millions de personnes dans les pays où elle en place : 590 000 personnes en Malaisie, 5 millions de personnes en Indonésie (source : Alliance Française). Mais d’un autre côté des populations sont expulsées pour pouvoir déforester leurs territoires (voir la vidéo du grand JD). Penchons nous aujourd’hui sur l’humain face aux énormes enjeux économiques de cette production.

Continue reading “Référendum huile de palme 3/3 : les enjeux sociaux-économiques”

Décryptez vos cosmétiques

Vous avez déjà essayé de lire la composition de votre crème de jour ou de votre shampoing, mais vous avez vite abandonné de peur de souffrir d’une grave migraine ? En effet, les cosmétiques ont une liste d’ingrédients qui peut paraître obscure, mais pourtant cette liste INCI est faite de manière à ce que tout le monde la comprenne. Et là vous êtes en train de vous dire que j’ai complètement craqué…
INCI est le sigle de la Nomenclature Internationale des Ingrédients Cosmétiques (International Nomenclature of Cosmetic Ingredients). Elle a été mise ne place en 1973 par une association de fabricants de produits cosmétiques américaine, et elle est obligatoire en Europe depuis 1999. Cette nomenclature scientifique, standardisée et internationale, garantit une dénomination unique quel que soit le pays dans lequel est commercialisé le produit fini. On y trouve des noms latins, qui désignent les produits naturels (en général des extraits végétaux), et des noms anglais qui désignent les substances de synthèse. Il n’est pas toujours évident de bien comprendre cette liste, qui semble réservée aux scientifiques initiés, mais vous verrez que ce n’est finalement pas si compliqué !
Continue reading “Décryptez vos cosmétiques”

L’arnica Montana, c’est quoi ?

Il existe une trentaine d’espèce d’Arnica appartenant à la famille des Asteraceae. Seules deux espèces poussent en Europe, notamment en montagne (les autres se trouvent en Amérique du nord), dont l’Arnica Montana, une chance pour nous ! Cette plante herbacée aux jolies fleurs jaune/orangé est un indispensable de votre trousse de secours ! Toxique à l’état brut, cette plante se révèle être une panacée lorsqu’elle est transformée en huile infusée (voir les macérats huileux, faites-les!).

En effet, ce remède ancestral fera des miracles sur les contusions, les petites foulures, les chocs, ou encore les hématomes. Il pourra aussi soulager les piqûres d’insectes, les furoncles, ou les petites inflammations du quotidien.

Continue reading “L’arnica Montana, c’est quoi ?”

L’orge, une céréale à boire et à manger

L’orge commune (Hordeum vulgare) est une céréale de la famille des Poaceae, bien qu’ayant une forte ressemblance physique avec le blé. Elle fait partie des plus anciennes céréales cultivées. Bien adaptée au climat méditerranéen, rustique, elle a été la principale céréale cultivée dans l’Antiquité grecque, où elle servait a préparer des galettes et/ou des bouillies. L’orge est caractérisée par des épis aux longues barbes, par des tiges dressées, robustes, poussant en touffes et pouvant atteindre de 60 à 120 cm. L’orge est l’une des premières céréales domestiquées. Présente en Asie occidentale, dans la vallée du Nil, et dans le nord-est de l’Afrique, il y a plus de 15 000 ansEn Europe au Moyen-âge, le pain fait à partir d’orge et de seigle était la nourriture de base des paysans, tandis que les classes supérieures consommaient du pain de blé. Dans les aliments de base des tibétains, on trouve le tsampa, qui est une farine d’orge grillée.

Continue reading “L’orge, une céréale à boire et à manger”

5 minutes pour manger mieux

Vous pensez que cuisiner demande de la disponibilité ? Si certains plats demandent en effet un peu de préparation et de temps de cuisson, il y a pourtant plein de basiques que vous pouvez préparer en un rien de temps. Vous y gagnerez en goût et en santé, car vous serez maître de la composition. Et puis, le fait maison, avec amour, a toujours un goût d’inoubliable… Voici quelques exemples de produits industriels que vous pouvez préparez vous même, vite fait et bien fait !

Continue reading “5 minutes pour manger mieux”

Rien ne sert de courir, vous pouvez marcher !

Voilà quasiment 4 millions d’années que l’homme est bipède. Grace aux ascenseurs, aux tapis roulants, aux escalators, et aussi aux divers transports à notre disposition, nos pieds ont tendance à rester gentiment rangés sous le bureau ou posés sur la table basse devant la télévision. Praticable par tous et à tous les âges, la marche est une activité d’endurance d’intensité moyenne, qui permet un bon entretien du système cardio-vasculaire, de s’oxygéner, et de se dynamiser, tout en douceur. Pratiquée avec régularité, au moins 30 minutes par jour, elle purifie l’organisme de ses toxines, elle améliore le transit intestinal et elle soulage les tensions du quotidien.

Continue reading “Rien ne sert de courir, vous pouvez marcher !”