10 écogestes pour protéger les plages

Pique-niquer écologique
Une journée à la plage ne peut se faire sans manger ou boire. Mais gare à ce que ce moment de détente ne se transforme pas en fabrique à déchets. Pour ce faire, évitez les aliments trop emballés, le plastique, et optez pour une nourriture bio et/ou locale… Souvenez-vous de notre article « Pique-nique écolo, mode d’emploi ».

Ramasser les déchets et ne rien enterrer dans le sable
Mégot de cigarettes, chewing-gum, nourriture… Après une journée bondée à la plage, le sable devient un nid à « trésors ». Autant ne pas en rajouter. Pensez à faire place nette après votre départ en apportant une poubelle et un cendrier portable. Mais attention aux sacs en plastique qui finissent parfois dans les océans. Ils tuent les animaux marins qui s’étouffent ou qui les confondent avec des méduses -dont ils se nourrissent-.

Choisir une crème solaire bio
Les produits traditionnels sont accusés de blanchir les coraux et peuvent contenir des filtres chimiques qui agissent comme perturbateurs endocriniens. Ces crèmes restent à la surface de l’eau (on voit souvent des trainées graisseuses), ce qui crée une couche qui empêche les rayons du soleil de pénétrer dans la mer. Pourtant, les plantes marines et les coraux en ont besoin pour se développer (photosynthèse). Les produits bio, eux, sont dépourvus d’ingrédients issus de la pétrochimie ou d’OGM, ce qui limite la pollution des écosystèmes.

Préserver les dunes
Véritables sanctuaires de biodiversité, les dunes protègent notamment la plage de l’érosion. Pour ne pas risquer de détruire une plante rare ou un nid d’oiseaux, restez sur les chemins aménagés.

Se rendre sur des sites « Pavillon bleu »
Le logo « Pavillon bleu » (cercle blanc sur fond bleu et vagues stylisées) vous aide à repérer les stations balnéaires et ports de plaisance engagés dans une politique d’éducation à l’environnement. En fréquentant ces lieux, vous en encouragez d’autres à se lancer ! Notez aussi que plusieurs labels pour des « vacances vertes » existent.

En mer, respecter l’environnement marin
Exit les jet-ski et autres sports polluants, cette année, optez pour des activités à voile. Si vous possédez un bateau, ne jetez rien par-dessus bord et surveillez vos rejets : toilettes, huiles ou carburant ne doivent pas aller dans la mer ! Enfin, pour nettoyer le bateau, privilégiez des produits écolo, comme la pierre blanche à base d’argile.

Pêcher avec raison
Ramasser des coquillages et crustacés à marée basse, c’est tentant. Mais la pratique de la pêche à pied est soumise à réglementation (matériel, taille des animaux, quantité, période…). Donc, n’hésitez pas à vous renseigner au bureau du port, auprès de la mairie ou d’associations de loisirs, comme la Fédération nationale des pêcheurs plaisanciers et sportifs de France (www.fnppsf.fr). La pêche aux oursins, quant à elle, est interdite du 16 avril au 31 octobre.

Se méfier des souvenirs « naturels »
Oui aux matériaux renouvelables, mêmes pour les souvenirs ! Certains, fabriqués à partir de plantes rares, d’écailles ou de carapaces de tortue, menacent la faune et la flore locale.

Eviter le camping sauvage
Mieux vaut éviter de passer une nuit sur la plage à la belle étoile. Un feu, même petit, pourrait enflammer la flore locale (souvent sèche) et une brise pourrait faire s’envoler vos déchets.

Adopter les transports doux
Marche, vélo, trottinette, rollers… Vous avez le choix ! Pour venir comme pour repartir, évitez de prendre votre voiture, ce qui renforcera la qualité et les bienfaits de l’air marin. Si vous ne pouvez faire autrement, pensez à rouler doucement et à favoriser le covoiturage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free