2001-2010 : une décennie de phénomènes météo extrêmes

Une décennie de chaleur où chacune des années (à l’exception de 2008) figure parmi les 10 plus chaudes jamais enregistrées. Une décennie qui se classe aussi au deuxième rang des plus pluvieuses. Voilà ce que l’OMM constate dans son rapport paru début juillet. « Les concentrations croissantes de gaz à effet de serre, dont la spécificité est de piéger la chaleur, sont en train de transformer notre climat, avec les bouleversements que cela suppose pour l’environnement et les océans, qui absorbent à la fois le dioxyde de carbone et la chaleur », précise Michal Jarraud, le secrétaire général de l’OMM. D’après l’agence, le rythme de la hausse des températures est « sans précédent », et on constate déjà une augmentation de +0,47°C entre la température moyenne à la surface des terres et des océans par rapport à la normale calculée pour 1961-1990.

Parmi les autres conséquences de ces changements, l’OMM indique que le nombre de victimes des phénomènes météo extrêmes est en hausse de 20% par rapport à la décennie précédente (1991-2000), atteignant un total de 370 000 morts. Le rapport explique que la sécheresse a touché le plus de personnes car elle concerne des zones étendues et dure longtemps, mais que ce sont les inondations qui ont été le plus souvent observées pendant la décennie, notamment en Europe orientale, en Inde, en Afrique, ou en Asie. « C’est dans le nord de l’océan Indien qu’a pris naissance le cyclone tropical le plus meurtrier de la décennie, Nargis, qui s’est abattu sur le Myanmar en 2008, au début du mois de mai, ajoute l’OMM. Plus de 138 000 personnes ont été tuées ou portées disparues lors du passage du cyclone, qui a fait 8 millions de sinistrés et détruit des milliers de foyers. »

Si les experts préviennent qu’il faudra « approfondir ces recherches afin de consolider la science du climat », ils rappellent que « les scientifiques arrivent de plus en plus souvent à la conclusion que la hausse généralisée des températures a sans doute nettement accru la probabilité d’une vague de chaleur comme celle qui a frappé l’Europe en 2003. »

Photo : l’ouragan Katrina aux Etats-Unis en 2005.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free