5 idées reçues sur le miel

Les produits les plus courants sont souvent les plus méconnus. Le miel est une substance sucrée transformée par les abeilles mellifères, à partir de nectar ou de miellat. Elles le stockent (avec le pollen) dans une ruche et s’en nourrissent tout au long de l’année, en particulier l’hiver. Il circule sur le miel de nombreux mythes et légendes urbaines. Si on démêlait le vrai du faux?

Comment l’abeille transforme le nectar en miel ?

Une fois posée sur une fleur dite mellifère, l’abeille butineuse allonge sa langue et récolte le nectar qu’elle stocke provisoirement dans son jabot. Elle peut aussi récolter du miellat, un sucre produit par les pucerons, les cochenilles, à partir de la sève des arbres. Elle produira alors du miel de sapin, miel de forêt, etc…

Lors de son vol de retour à la ruche, la transformation du nectar en miel démarre. L’abeille y ajoute dans son jabot une enzyme (l’invertase) qui produit une réaction chimique : l’hydrolyse du saccharose qui le transforme en glucose et en fructose.

Une fois dans la ruche, la butineuse régurgite le nectar hydrolysé  à une receveuse qui régurgitera plusieurs fois ce nectar riche en eau, en le mélangeant à de sa salive et à ses sucs digestifs, afin de digérer ces sucres. Elle le stockera ensuite dans les alvéoles. Des ouvrières chargées de ventiler la ruche (pour y maintenir une température constante d’environ 38°C) le miel sera déshydraté. Lorsque sa teneur en eau sera inférieure à 20 %, les abeilles vont operculer (c’est à dire boucher) à l’aide de cire, les alvéoles de stockage. Le miel ainsi stocké leur servira de réserve de nourriture pour les saisons très sèches ou très froides.

La butineuse récolte également du pollen car il est très riche en protéines, et servira à nourrir les larves de la ruche. Elle le récolte en stockant de petites boules de pollen sur ses pattes arrières. Les cellules royales (les futures reines) seront elles nourries uniquement avec de la gelée royale.

 

Quelle est la durée de conservation du miel ? Comment le conserver ?

Le miel comme tous les produits alimentaires a une DLUO : Date Limite d’Utilisation Optimale, qui garantit les qualités organoleptiques du produit. Cependant des archéologues ont retrouvé des jarres contenant du miel dans les tombeaux égyptiens, et 3000 ans plus tard il s’est avéré qu’il était toujours consommable…

Pour garantir une bonne conservation du miel, il est préférable de le conserver à l’abri de la lumière et de la chaleur.

 

Comment reconnaître un vrai miel ?

Seule l’analyse pollinique permet de vérifier l’origine botanique et géographique du produit. Cette analyse a un coût d’environ 80€, il est donc onéreux, en tant que consommateur, d’analyser chaque pot acheté… certains apiculteurs fournissent cette analyse, mais ce n’est pas toujours le cas. Cependant, rappelez-vous que tous les miels finissent par cristalliser, et c’est un gage de qualité. Il peuvent parfois “déphaser” :  une partie est cristallisée et l’autre non, c’est souvent le cas avec le miel de châtaigner. S’il ne cristallise pas, soit il a été chauffé, soit c’est un mélange de sucres. Vous aurez aussi toujours plus de chance d’avoir un “vrai” miel lorsque vous l’achetez en rayon (appelé aussi miel en brèche).

Le miel crémeux, désigne un miel dans lequel on a introduit de l’air, en le “fouettant”. Il reste ainsi très souple. Mais c’est bien l’apiculteur qui rend le miel “crémeux”, et non pas les petites abeilles.

 

Puis-je ajouter une cuillère de miel à ma tisane pour soigner ma gorge ?

Si vous souhaitez soigner votre gorge avec du miel, il est préférable de le prendre à cru : une cuillère directement dans la bouche, ou sur une tartine. En effet, lorsque le miel est chauffé, il perd ses “bons” enzymes”, et ses qualités antibactériennes. Ce n’est donc plus qu’un sucre, certes un sucre naturel et non raffiné, mais ce n’est plus un soin.

 

A partir de quel âge mon enfant peut commencer à manger du miel ?

Il est préférable d’introduire le miel, une fois la diversification alimentaire terminée, afin de réduire les risques d’allergie. En effet, le “véritable” miel contient, entre autres, des traces de propolis, qui est le produit le plus allergisant issu de la ruche.

 

Et vous, comment consommez-vous votre miel ?

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free