Agritourisme, une autre manière de voyager

Besoin de renouer avec la terre ou d’effectuer un retour au calme ? Envie de découvrir les saveurs de nos terroirs ou de partager l’expérience d’une journée à la ferme ? Toutes les raisons sont bonnes pour se mettre au tourisme rural. L’agritourisme (ou « agrotourisme ») regroupe à la fois l’hébergement sur une exploitation agricole ou paysanne, la table d’hôte, la vente directe de produits ou les animations liées à la découverte. En 2010, 13 800 exploitations étaient déjà concernées, selon le recensement agricole du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt.

« Nous avions entendu parler de l’agritourisme en vacances, un été, dans un camping bondé, nous raconte Marie Coutant-Mercier, installée dans le Berry et mariée à un producteur. Nos amis nous ont parlé d’un tourisme super pour les enfants et du réseau Accueil Paysan, que nous avons donc essayé. Nous étions dans de petites structures, similaires à la nôtre, alors on s’est dit que, nous aussi, nous pouvions créer un lieu d’accueil. » C’est ainsi qu’il y a six ans les portes de leur exploitation se sont ouvertes au public, d’abord avec un camping, puis par la vente de produits fermiers. « Mon mari a 18 hectares : il fait du cochon bio en plein air, mais n’est pas autosuffisant. Alors nous nous diversifions un peu sur la ferme, en restant à taille humaine. » Un critère important dans le réseau Accueil Paysan qui a pour volonté d’aider les agriculteurs à rester sur leurs terres en accueillant les vacanciers au travers de gîtes, de campings, de vente de produits et autres loisirs.

En France, un autre grand réseau regroupe 9 000 adhérents, dont 6 500 producteurs fermiers. Il s’agit de Bienvenue à la ferme, né en 1988. Selon cet organisme, pour 40 % de ses agriculteurs la vente directe représente plus de 75 % du chiffre d’affaires de l’exploitation. Une aubaine donc pour les exploitants, et une belle raison de découvrir nos régions pour les vacanciers. « J’ai essayé l’agritourisme pour la première fois cet été, confie Cécile. J’ai été charmée par une ferme loin de la ville, presque difficile d’accès en voiture ! Sur place, j’ai pu profiter d’un grand espace, d’un accueil vraiment chaleureux et surtout d’un séjour en demi-pension où j’ai pu découvrir des plats typiques. »

Photos : Parcours riverain – Ville de Montréal / FlickR et J.H. Fearless / FlickR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free