Bjorg : « Désormais, une fois par semaine, ce sera veggie »



D’où vient ce nom aux accents d’ailleurs ?

En 1970, lorsque la société Distriborg a été fondée, le bio n’avait pas autant de succès qu’aujourd’hui. « Bjorg » signifiait bio organisé. Nous avons rajouté un J pour donner une connotation nordique, qui sonnait bien à ce moment-là. Pourtant, la société et la marque sont lyonnaises !

Quels sont les produits les plus plébiscités ?
Les galettes font partie des produits phares. À l’origine, elles étaient un substitut au pain, plutôt consommé par les femmes. Au riz, au maïs, ou aux céréales, elles ont un apport calorique faible, ont plutôt une vocation diététique et ne sont pas très chères. Les hommes les prenaient pour du polystyrène, mais ces dernières années ils ont aussi commencé à en consommer, notamment les galettes au chocolat, qui comprennent 30 % de véritable chocolat. Et les boissons végétales sont en train de monter énormément, notamment avec la crise du lait et les problématiques liées aux agriculteurs.

Quelles sont les valeurs que défendent vos produits ?
Nous avons une charte qualité drastique, avec des filières non OGM, pas de colorant, pas d’additif, pas de conservateur, des farines complètes ou semi-complètes, pas de sel dans les produits sucrés et très peu d’huile de palme, ou alors bio.

Le bio est en pleine explosion, quels produits souhaitez-vous développer pour garder une longueur d’avance sur vos concurrents ?
Les tendances majeures de 2017 seront les boissons végétales hors soja, au rayon frais et au veggie. Depuis les crises du porc, des bovins et du cheval, les consommateurs ont besoin de se rassurer, de disposer de substituts à la viande, comme le quinoa, d’origine végétale, avec une filière entièrement tracée et sécurisée. Maintenant, de la même manière que les consommateurs mangeaient du poisson tous les vendredis, désormais c’est veggie une fois par semaine. Avec un apport en protéines aussi important qu’un steak, le quinoa remplace la viande. Encore une fois, les femmes s’y mettent souvent en premier, mais les cantines scolaires ou d’entreprise commencent à en proposer aussi. En ce qui concerne les boissons végétales, nous travaillons avec deux usines en Italie, sur des formats nomades et de nouveaux ingrédients, pour une variété de goûts et des produits toujours certifiés.?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free