Changement climatique et emploi : vers la création de nouveaux boulots verts ?

Quelle économie demain en intégrant les facteurs écologiques ?

La lutte contre le changement climatique va provoquer de nombreuses pertes d’emplois dans les secteurs d’activités ”polluants”, mais des centaines de milliers de nouveaux emplois ”verts” vont être créés, a récemment souligné la Commission européenne.

Ainsi, selon une étude de la Commission, publiée le 2 juin, si l’objectif de 20% d’énergies renouvelables (EnR) dans la consommation énergétique européenne est atteint en 2020, il pourrait générer environ 2,8 millions d’emplois (contre 1,4 million en 2005), et créer une valeur ajoutée totale d’environ 1,1 % du PIB. Selon l’étude, la mise en œuvre de la politique en matière d’EnR créera environ 410.000 emplois supplémentaires et entraînera une augmentation de 0,24 % du PIB dans l’UE-27 d’ici à 2020.

En revanche, selon une étude de l’organisation environnementale WWF, 138.000 emplois pourraient être perdus dans le secteur de l’énergie et 107.000 dans l’automobile d’ici 2020 dans l’UE.

Au cours de la Semaine verte, qui s’est tenue fin juin à Bruxelles, on a abordé de nombreuses questions économiques liées à l’environnement. A six mois de la conférence des Nations Unies sur le climat de Copenhague (Danemark) qui doit aboutir à un nouveau traité post-Kyoto, l’ édition 2009 de la Semaine verte a été consacrée à la lutte contre le changement climatique, autour du slogan ”Agir et s’adapter”. Le programme s’est articulé en 36 sessions de conférences qui ont traité notamment des perspectives d’accord à la conférence de Copenhague, des moyens de parvenir à une société sans émissions de carbone d’ici 2050, de l’écologisation de l’économie, etc.

L’événement a rassemblé sur trois jours plus de 4.000 participants venus d’Europe et d’ailleurs. Avec la conférence de Copenhague qui approche, l’année 2009 a de bonnes chances de rester dans les annales comme un tournant dans la lutte visant à empêcher que le changement climatique ne prenne des proportions dangereuses et ne plonge une bonne part de l’humanité dans la détresse, a déclaré Stavros Dimas, membre de la Commission chargé de l’environnement.

Auteur : R. BOUGHRIET
Publié par : Actu-Environnement.com – 23/06/2009

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free