Chronique végane #2 : humeurs d’une nana 100% végétale !

 Ravie de vous retrouver pour cette seconde chronique, l’occasion pour moi de vous partager les anecdotes d’un mode de vie qui fait de plus en plus parler de lui : le véganisme.

Je vous avais évoqué, dans mon précédent article, les raisons qui peuvent nous pousser à réfléchir sur notre consommation de viande, et plus largement, de produits animaux. J’ai envie aujourd’hui d’aborder le sujet des protéines, principale interrogation, pour sûr, des personnes étrangères au végéta*isme. Ce fut d’ailleurs la première question que je me suis posée, et avouons-le franchement, la première crainte que j’avais à l’idée de supprimer la viande de mon assiette : celles des carences. Car, en France, le discours est assez simple en matière d’alimentation et de règles de « bien manger » : viande = protéines. L’équation est simple et sans détour. Ce discours est ancré dans les esprits et largement relayé par les médias, les médecins et autres diététiciens.

Devenir végétarienne puis végétalienne m’a fait prendre conscience que, comme nous l’avait gentiment précisé le sociologue Pierre Bourdieu, nous héritons non seulement d’un patrimoine économique (le bas de laine, la bague en or de mamie… bref, un capital que l’on peut chiffrer en euros), mais également d’un capital culturel. Toujours selon Bourdieu, il s’agirait de «comportements « incorporés » que chacun a acquis au cours de sa socialisation (habitus) » : les habitudes alimentaires font ainsi partie de ce capital culturel, cela devient même évident quand on décide de changer sa façon de manger. L’entourage peine (souvent) à comprendre ce choix, telle une remise en cause de l’éducation reçue.

Ce que j’ai personnellement compris, lorsque j’ai eu l’occasion d’annoncer à ma famille, mes amis, mes collègues, mon entrée dans le monde végétarien, c’est que les gens peuvent se sentir jugés, ou du moins remis en question, quand on leur explique son choix de supprimer la viande. Car, devenir végéta*ien(ne), c’est en effet sortir du « prêt-à-penser » qui veut que l’on mange 5 fruits et légumes et 2 portions de protéines animales par jour, sans compter les 3 portions de laitages… En expliquant pourquoi il en est arrivé à faire le choix d’une vie sans viande, le végétarien va donner à voir une certaine incohérence dans les croyances alimentaires des omnivores.

Ce pour quoi je milite, c’est l’information diffusée au plus grand nombre pour que chacun puisse se faire une idée, sans être pollué(e) par des discours bien pensants. Je veille donc à remettre l’église au milieu du village (comme on dit) et à essayer de comprendre pourquoi de telles injonctions alimentaires nous sont données ? Sont-elles là pour servir notre santé ou d’autres intérêts … économiques ? Nous sommes en droit de nous interroger.

Ainsi, par exemple, pourquoi ne pas mettre en avant les sources de protéines végétales, si souvent oubliées ? Alors que, paradoxalement, les légumineuses ont fait l’objet d’une campagne d’information massive en 2016 par la FAO, afin de vanter leur intérêt nutritionnel. C’est un fait. Pourtant, rares sont les occasions au cours desquelles elles sont mises à l’honneur.

Tout cela nous amène à une théorie, bien connue des végéta*iens, celle du « mythe des protéines ». Pour faire simple et résumer la situation, pour être fort comme un bœuf et en bonne santé, mangeons de la viande ! Tiens, mais le bœuf, pour être si fort, ne mange-t-il pas … de l’herbe ? Curieux …

1ère croyance : « Tu ne manges pas de viande ? Et les protéines ? Hein, tu les trouves où tes protéines ? »

Et bien, contrairement à ce que l’on croit, la part des protéines dans notre assiette ne doit représenter « que » 15% de notre apport global. Pas besoin donc de se gaver de blancs de poulet ou de sachets de poudre protéinée. Pas besoin non plus de rechercher absolument une « équivalence végétale » en termes de protéines ! On vous a certainement dit que les légumineuses devaient être couplées aux céréales afin de constituer un repas équilibré … mais l’équilibre alimentaire ne peut se définir au cours d’un seul repas, ni même au cours d’une seule journée ! Sinon, nous serions tous obèses le lendemain de Noël … CQFD.

2ème croyance : « Tu vas manquer de fer ! Car le fer, c’est bien connu, c’est dans la viande rouge qu’on le trouve ! »

On le trouve aussi sûrement dans la viande rouge qu’on le trouve dans les épinards … Pauvre Popeye, il n’avait vraiment rien compris à l’histoire.

En fait, un tiers de la population mondiale souffre de carences en fer, selon l’OMS. Dommage, cela ne concorde pas avec la part de végéta*iens dans le monde …De plus, même les gros mangeurs de viande sont concernés : le bon steak-frites accompagné de son petit noir à la brasserie est la combinaison perdante … Le fait de boire du thé ou du café contribue à réduire l’absorption du fer par l’organisme. Et toc !

Pour conclure sur l’intérêt des protéines, je dirais que, oui bien sûr, elles sont indispensables à notre santé et à la construction de nos cellules. Ne surestimons pas, en revanche, leur importance dans notre alimentation, ne négligeons pas non plus les sources végétales qui, cela est prouvé, ont la même biodisponibilité pour l’organisme. Enfin, au-delà des études et des discours nutritionnels que l’on peut entendre de part et d’autre, je ne peux que vous inviter à ressentir les bienfaits d’une alimentation sans viande sur votre corps, en commençant par un test de 3 semaines. Mais attention ! La « malbouffe », si elle existe chez les omnivores, existe aussi chez les végéta*iens ! Se nourrir exclusivement de chips et de cacahuètes serait, par exemple, considéré comme un régime 100% végétal… mais une véritable catastrophe pour la santé.  Ce « test » de 3 semaines ne peut être concluant qu’à la condition de se nourrir sainement et de savoir écouter son corps et ses besoins : faites la part belle aux fruits et légumes, privilégiez les céréales (idéalement celles pauvres en gluten) et les légumineuses, choisissez des graisses de qualité (40% de nos apports quotidiens), pour le reste, restez connecté(e) à vos sensations intérieures.

Et surtout, n’oubliez pas : que vous mangiez de la viande ou pas, une alimentation saine et variée accompagnée d’une activités physique régulière est la clé pour une bonne santé !

Bonne découverte !

Stéphanie B.

www.la-veganista.fr

 

5 thoughts on “Chronique végane #2 : humeurs d’une nana 100% végétale !

  1. oui, aucun problème de manque de protéines pour les végétaliens, car en fait, on n’a besoin que de 0,7 gr de protéines par kilo de poids, ce qui amène à voir que le problème est plutôt la surdose en protéines, sachant les quantités importantes de protéines qu’il y a dans les légumineuses, par exemple! (que nous mangeons beaucoup plus que le reste de la population……………)

  2. Bonjour,
    Vous dites : les légumineuses devaient être couplées aux céréales afin de constituer un repas équilibré.
    Alors je ne suis pas d’accord avec vous, ce n’est pas une histoire de repas équilibré mais d’assimilation par l’organisme, pour que les protéines soient correctement assimilées les légumineuses doivent être couplées aux céréales !
    Par ailleurs, vous nous dites : Tiens, mais le bœuf, pour être si fort, ne mange-t-il pas … de l’herbe ? Curieux …
    Alors je ne suis pas d’accord avec vous, trouvez-vous que l’homme ressemble à un bœuf ? a-t-il le même estomac que lui ? Réponse : NON. Le bœuf passe la journée entière à brouter de l’herbe, croyez-vous que l’homme peut passer la journée entière à manger de l’herbe ? Réponse : NON.
    Enfin, tous les végétaliens se complémentent en vitamine B12 en comprimés car ils ne consomment pas de produits animaux. Cette vitamine est essentielle à l’organisme, une carence de celle-ci peut conduire à la mort, cette vitamine se trouve dans les produits animaux et sous produits animaux, dans certains végétaux également mais en quantité insuffisante.
    Question : Croyez-vous qu’il est naturel et sain pour votre corps de se nourrir de comprimés ?
    Etes-vous consciente du danger que représente votre discours “végétalien” pour les enfants ?
    Un ami à moi végétalien depuis de nombreuses années a fini à l’hôpital à cause de ce discours, bilan : un foie qui ne fonctionne plus par carence de vitamine B12 ! catastrophique ! mais le pire c’est que ce monsieur a fait suivre le même régime végétalien à ses enfants pendant des années, je vous laisse deviner la suite…
    A bon entendeur !

  3. Un petit mot encore…
    Vous nous dites : un tiers de la population mondiale souffre de carences en fer… le bon steak-frites accompagné de son petit noir à la brasserie est la combinaison perdante … Le fait de boire du thé ou du café contribue à réduire l’absorption du fer par l’organisme. Et toc !
    Pour vous répondre…
    Dans votre tiers de population mondiale, comptez-vous aussi ceux qui n’ont rien de rien à manger, qui souffrent de la famine ou de mauvaise nutrition ? cela n’a rien à voir avec votre bon steak-frites il me semble ?
    Enfin, sachez que le thé pris après un repas ne se contente pas de réduire uniquement l’absorption du fer, mais de toutes les vitamines et minéraux contenus dans votre repas !
    Pour terminer, pour assimiler correctement le fer il faut impérativement lui ajouter de la vitamine C, prendre un fruit en fin de repas par exemple. Rien à voir avec votre Popeye.
    Un dernier conseil, à l’avenir, quand vous faites un article, ne le faites pas seule, parlez-en avec un médecin avant, c’est plus sage, on ne s’invente pas médecin même sur GRENNWEEZ.

    1. Bonjour,
      Quelle agressivité, Cathy BELIART ! Et quels arguments pauvres, infondés et inutiles ! Comme vous le suggère La Véganista (que je félicite pour ses articles et ses réponses posées et bien argumentées), je vous suggère de passer plus de temps à vous renseigner sur le véganisme (les études scientifiques, hein, pas l’ami du beau-frère de la voisine qui connaît quelqu’un qui… et ils l’ont bien dit à la télé, n’est-ce pas… ah la la…) et moins à déverser votre fiel sur Internet.
      On ne s’invente pas spécialiste du végéta*isme, même sur GREENWEEZ. 😉

  4. Bonjour Cathy, l’équipe de Greenweez est toujours ravie de pouvoir échanger avec ses lecteurs, je pense que nous pouvons rester sur le ton de l’information … et éviter de nous montrer agressif. 🙂
    Si vous souhaitez des sources médicales, je vous invite à consulter les vidéos et parutions du Dr Campbell (auteur d’un célèbre rapport de 800 pages qui méritent d’être lues), le Dr Jérôme Bernard Pellet ou encore le Pr Joyeux, pour ne citer qu’eux.
    Pour ce qui est de la fameuse vitamine B12, sachez qu’elle se raréfie à l’état naturel (à cause de l’appauvrissement des sols), le bétail étant systématiquement supplémenté en B12, les omnivores ont “naturellement” leur dose en B12. Ce n’est pas une vitamine qui se trouve à l’état naturel dans la chair animale, la non-nécessité de supplémentation en B12 chez les “mangeurs de viande” vient du fait que le bétail reçoit sa propre supplémentation (parmi d’autres).
    Je vous invite là aussi à consulter des sources officielles, mises à disposition du grand public.
    Enfin, pur ce qui est du cas de votre ami, la situation est effectivement malheureuse … L’expérience ne semble pas avoir été concluante pour lui. Ne sachant pas comment il se nourrissait, quelles étaient ses habitudes alimentaires, etc … Il m’est compliqué d’en tirer de grandes conclusions. En revanche, j’ai moi-même des amis en situation d’hyper-tension, des membres de ma famille qui souffrent de maladies cardio-vasculaires (ma grand-mère en est décédée), et qui ne sont pas végétariens. Dois-je en conclure que la viande est responsables de leurs problèmes de santé ? Peut-être, peut-être pas … Je vous invite à faire preuve de vigilance quant aux “raccourcis” qu’il est parfois tentant de faire.
    Vous pouvez là encore, consulter les sources officielles sur les carences de la population: 25% de personnes carencées en fer en moyenne, alors qu’il n’y a que 2% de végétariens … L’absence de viande dans l’assiette ne peut, à elle seule, justifier ce chiffre.
    Au plaisir d’échanger avec vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free