Climat : la solution est dans l’assiette !

Comment cuisiner sans gaspiller ? Quels sont les fruits et légumes de saison ? Comment réduire ma consommation de viande ? … Voici quelques-unes des questions que vous vous êtes peut-être déjà posées et qui trouvent réponse dans le guide de la Fondation GoodPlanet, « La solution est dans l’assiette ! » L’idée : montrer que chacun d’entre nous – quel que soit son âge, son activité ou l’endroit où il vit – peut agir pour réduire l’empreinte carbone générée par son alimentation.

Pour cela, il suffit de modifier certaines de nos habitudes. Voici quelques exemples :
1. Fini le gaspillage ! A la maison, on cuisine les restes le lendemain, on range les placards et le frigo pour ne pas laisser des aliments cachés se périmer, et on adapte notre assiette à notre faim. Attention aussi aux offres promotionnelles dans les supermarchés (« 24 yaourts pour le prix de 12, génial ! ») si, en réalité, vous ne consommez pas plus de 3 yaourts par semaine…
2. Oui aux nouvelles méthodes agricoles ! Bien sûr, on consomme bio en achetant des produits labellisés, mais sans oublier d’encourager les autres méthodes de production responsables : la biodynamie, l’agroforesterie (plantation d’arbres au coeur des champs pour améliorer la qualité des sols et la biodiversité) ou l’agroécologie, qui repose sur une utilisation limitée des richesses de la planète.
3. Attention aux consommations énergétiques ! Et si vous alliez faire vos courses à pieds, à vélo, ou en transports en commun ? Privilégiez aussi les aliments locaux, car le transport routier, majoritaire, pollue énormément : il émet 9 fois plus de gaz à effet de serre que le ferroviaire et 3 fois plus que le fluvial. Enfin, équipez-vous de matériels et ustensiles de cuisine économes en énergie : la classe A+++, pour les appareils de froid (réfrigérateurs, congélateurs, etc.) ou les lave-vaisselle, signale les appareils qui consomment de 30 à 60% d’énergie de moins qu’un appareil classé A.

Le saviez-vous ?
– Une tomate produite localement mais hors saison (donc sous serre chauffée) génère 20 fois plus de gaz à effet de serre qu’une tomate locale produite au bon moment de l’année.
– La viande de porc est 7 fois moins émissive en gaz à effet de serre que le boeuf. Celle de poulet, 13 fois moins.
– Boire 1,5 litres d’eau en bouteille par jour pendant une année équivaut à rouler 1 500 km en voiture contre 1,5 km en buvant la même quantité d’eau du robinet.
– Produire 1 kg de boeuf nécessite 15 000 litres d’eau et émet autant de gaz à effet de serre que parcourir 150 kilomètres en voiture.
– Un tiers de la production alimentaire mondiale est gaspillé.

« Nourrir 7 milliards d’êtres humains est à l’origine d’environ 25% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, explique Yann Arthus-Bertrand, photographe et président de la Fondation GoodPlanet. Il nous faut donc impérativement trouver des solutions pour pouvoir assurer les besoins des générations futures. Se mobiliser pour le climat est un engagement dont l’immensité submerge, mais nous avons tous notre rôle à jouer. C’est par l’accumulation d’actes modestes que nous parviendrons à changer les choses en profondeur. »

Retrouvez l’ensemble des solutions proposées par la Fondation sur le site goodplanet.org.

*La conférence des Nations unies sur les changements climatiques se tiendra à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015. Son objectif : aboutir à un nouvel accord international sur le climat, applicable à tous les pays, afin de maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2°C.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free