Couche d’ozone : de nouveaux gaz nocifs détectés

Ils sont interdits depuis 1989, mais pourtant, ils existent encore. Quatre gaz nocifs pour la couche d’ozone viennent d’être découverts dans l’atmosphère ; il s’agit de trois chlorofluorocarbones (CFC), et d’un hydro-chlorofluorocarbure (HCFC).

C’est en comparant des échantillons d’air collectés en Australie au milieu des années 1970, avec d’autres échantillons emprisonnés dans la neige de la calotte polaire du Groenland, que les chercheurs sont arrivés à cette découverte. « Ces gaz n’étaient pas complètement inconnus, explique Patricia Martinerie, la co-auteure de l’étude. Mais ils se trouvent à un niveau de concentration très bas dans l’atmosphère, si bien qu’on ne les avait jamais détectés auparavant.» La seule certitude, c’est que les gaz n’étaient pas présents dans l’atmosphère avant les années 1960, et que les concentrations de HCFC ont bondi de 45% ces dernières années. 

Pour les chercheurs, l’origine de ces émissions semble être humaine. Ils soupçonnent la production d’insecticides, et de solvants utilisés pour le nettoyage de composants électroniques. Mais pour en avoir le coeur net, ils recommandent de poursuivre les recherches et de revoir les réglementations. Car Patricia Martinerie le rappelle : « toute nouvelle émission va se cumuler aux gaz existants, et rester présente pendant plusieurs décennies. »

Photo : le trou de la couche d’ozone. Il se forme chaque année en Antarctique, entre septembre et octobre, et fait en moyenne cinq fois la surface de l’Allemagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free