Des lingettes toxiques pour bébé

Beaucoup de parents l’ignorent encore. En mai 2012, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a émis une évaluation qui préconisait « de ne plus utiliser de phénoxyéthanol dans les produits cosmétiques destinés au siège » chez les enfants de moins de trois ans. Par précaution, elle recommande aussi que sa concentration maximale passe de 1 à 0,4 % pour tous les autres produits destinés aux bébés. Appliqué sur la peau, ce conservateur, parfois abrégé sous la forme « EGPhE » dans la liste des ingrédients, passe en effet la barrière cutanée. L’absorption est particulièrement élevée avec des produits utilisés sans rinçage, selon le rapport de l’ANSM. C’est justement le cas des lingettes couramment utilisées pour nettoyer les fesses de bébé. Des études chez l’animal ont mis en évidence un risque de toxicité sur les globules rouges et le foie, mais aussi d’irritations oculaires modérée à sévère, que le produit soit absorbé par voie orale ou cutanée. Comme le souligne un communiqué de l’ANSM publié en novembre dernier, le phénoxyéthanol est aussi suspecté d’avoir un impact négatif sur la reproduction et le développement. 

Le hic ? Plusieurs mois après ces alertes, des lingettes bébé contenant du phénoxyéthanol continuent d’être vendues en magasin. Ainsi, 60 millions de consommateurs a trouvé pas moins de onze produits différents qui en incluent toujours et en a publié la liste dans son magazine de mars (n°480).Mais l’avis de l’ANSM n’étant pas contraignant, les industriels ont tout simplement décidé de l’ignorer. Ni irritant, ni allergisant, le phénoxyéthanol ne provoque pas de réactions aiguës immédiates ou à court terme. Les doutes à son sujet portent sur une toxicité à long terme, du fait d’expositions cumulées. D’où l’absence pour le moment de plaintes de consommateurs. Pour aller plus loin, l’ANSM a demandé une réévaluation du phénoxyéthanol à l’échelle européenne.

En attendant, mieux vaut tenir compte des mises en garde. Par mesure de précaution, pour nettoyer les fesses de bébé, rien de tel qu’un carré de coton et une lotion ou crème… sans phénoxyéthanol. Le must en la matière ? Le liniment. Ce produit très ancien a fait ses preuves sur des générations de bébés. C’est une substance onctueuse qui se présente comme un lait de toilette assez épais. La formule est simple : huile d’olive et eau de chaux, stabilisées par de la cire d’abeille, et c’est tout !
Vous trouverez une recette maison sur le blog « L’essentiel de Julien », auteur du livre « Adoptez la slow cosmétique » (Editions Leduc.S). A faire soi-même donc, ou, pour les plus pressés, à acheter en parapharmacie et dans les magasins bio.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free