Des mesures écologiques et sociales

Aujourd’hui, la France compte 4 millions de « passoires thermiques ».

Aujourd’hui, la France compte 4 millions de « passoires thermiques ». Derrière cette expression imagée se cache une réalité bien connue : des habitations mal isolées qui sont du coup mal chauffées, et qui gaspillent ainsi de l’énergie. Le tiers, soit 1,2 million, est occupé par des propriétaires aux revenus modestes. Dans le cadre du plan de relance de l’économie, une aide financière plus adaptée à leurs besoins vient donc d’être créée : l’éco-subvention, gérée par l’Agence nationale pour l’habitation (ANAH).

On ne peut que se réjouir d’une telle initiative qui met le doigt sur un point important : être écologique coûte parfois trop cher. En effet, même si, à terme, des travaux dans une maison permettent de faire baisser la facture énergétique, ces travaux sont souvent difficiles à financer pour les personnes aux faibles salaires.

De même, en ce qui concerne l’accès à l’agriculture biologique, il est regrettable que les différences de revenus empêchent les milieux modestes de manger des aliments plus sains et plus respectueux de la terre. Là encore, il est bon que les pouvoirs publics et les collectivités locales s’engagent sur ce dossier en proposant, par exemple, de la nourriture bio dans les restaurants scolaires.

Pour en savoir plus :

Agence nationale pour l’habitation (ANAH) : http://www.anah.fr/lecosubvention/

Un blog sur les cantines bio : http://macantinebio.wordpress.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free