Des rivières américaines deviennent alcalines

C’est une première. Une étude parue en août dernier dans la revue Environmental Science and Technology a étudié l’évolution sur une période prolongée (de 25 à 60 ans) de l’alcalinité de 97 grands cours d’eau, de la Floride (sud-est) au New Hampshire (nord-est). Rappelons qu’avec une valeur de 7 le pH est neutre, qu’à moins de sept un liquide est dit acide et qu’à plus de 7, il est considéré comme alcalin.

Résultat des courses : les deux tiers des cours d’eau du nord-est américain sont aujourd’hui nettement alcalins. Et ce n’est pas anodin. Les rivières affectées sont en effet des sources majeures d’eau potable pour des villes comme Washington D.C., Philadelphie, Baltimore et Atlanta. Comme le souligne l’étude, une eau plus alcaline complique le traitement des eaux potables et usées, favorise la croissance des algues et peut accélérer la corrosion des canalisations. Sans oublier le possible impact sur les cultures irriguées et les poissons.

Aucun de ces cours d’eau n’est devenu plus acide mais, paradoxalement, des niveaux plus élevés de pluies acides dans le sol et les eaux résultant de l’activité humaine, sont la plus grande cause de cette alcalinité grandissante, déplore l’étude. Selon ces scientifiques, le mécanisme est simple : les pluies acides qui se forment avec la pollution produite par la combustion du charbon et du pétrole, ainsi que par les activités minières, précipitent la dissolution des roches carbonatées ainsi que des revêtements de surface naturellement riches en minéraux alcalins. L’acide dans les eaux ronge le calcaire et les autres roches carbonatées, dissolvant les particules alcalines qui se retrouvent dans les cours d’eau et rivières.

« La découverte de la forte alcalinité des grandes rivières et fleuves de l’est des Etats-Unis parmi les plus importants du pays a été une surprise totale », a confié à l’AFP Sujay Kaushal, un géologue de l’Université du Maryland qui a participé à cette recherche, ajoutant que « cela montre que ces grands systèmes d’eau sont plus sensibles qu’on ne le pensait ». Seule bonne nouvelle : les pluies acides diminuent depuis plusieurs années grâce au renforcement des réglementations de l’Agence de protection de l’environnement (EPA) voté par le Congrès américain dans les années 1990.

Crédit photo : © Beboy – Fotolia.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free