Des substances préoccupantes dans nos produits du quotidien

« Les consommateurs n’ont pas accès à la vérité », regrette l’UFC-Que choisir, suite à l’analyse en laboratoire (1) de quarante produits de consommation courante qui a révélé la présence de substances «préoccupantes» dans neuf d’entre eux.

L’association de défense des consommateurs a notamment retrouvé dans un revêtement plastique de sacoche d’ordinateur portable « pas moins de quatre substances préoccupantes différentes » : trois phtalates, qui peuvent avoir des effets sur la fertilité, et un retardateur de flamme, dont l’utilisation est interdite ou très largement limitée par l’Union européenne. Autre exemple : un revêtement de porte-monnaie qui contient « la dose record de 20% de DEPH, un phtalate perturbateur endocrinien et toxique pour la reproduction ». Enfin, un bavoir pour enfant en PVC recèle même « un retardateur de flamme chloré (SCCP) que l’on n’aurait jamais dû retrouver dans un produit neuf, puisque cette substance est désormais interdite ».

Hormis ce dernier produit, toutes les substances, qui ont été identifiées dans une liste publiée par les autorités sanitaires européennes, sont encore autorisées, par exemple dans les matières plastiques, synthétiques ou dans les objets en cuir. Elles pourraient cependant être interdites à terme. Sans forcément présenter un danger immédiat, l’exposition prolongée et répétée à ces produits peut en effet perturber l’état de santé des consommateurs, selon l’association UFC-Que Choisir.

Sans oublier que la présence de ces substances n’est jamais mentionnée par les fabricants ou les distributeurs de ces produits. L’association dénonce ainsi « un non-respect flagrant des professionnels vis-à-vis de leurs obligations en matière d’information des consommateurs sur les substances chimiques les plus préoccupantes (règlement REACH2) ». Sur cette base, l’association « exige un renforcement immédiat de la réglementation européenne ».  Avec un étiquetage « obligatoire sur tous les produits (…) pour que les consommateurs puissent exercer leur choix en toute connaissance de cause au moment de l’achat ».

En attendant, tournez-vous vers des produits éco-conçus. A l’image des marques Monbento, SES creatives ou encore Nuby qui proposent respectivement des articles de cuisine, des jouets et des objets de puériculture sans phtalates.

(1) Résultats détaillés dans le Que Choisir n° 517 de septembre 2013 et sur www.quechoisir.org

Crédit photo : © Africa Studio – Fotolia.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free