En 2100, il pourrait faire 4°C de plus en France

Une étude de plus. « Une confirmation » de ce que les simulations précédentes ont montré : en 2100, il ferait 4,5°C de plus en France, si l’on ajoute à la hausse de 0,7°C déjà acquise, les 3,8°C degrés supplémentaires que les chercheurs prévoient. « Le réchauffement serait plus fort en été (5,3°C) qu’en hiver (3°C) », précise le CNRS. Cette projection deviendra réalité si « on continue à émettre du CO2 au même rythme qu’actuellement, c’est-à-dire 2 à 3% d’augmentation par an », explique Laurent Terray, chercheur au Centre européen de recherche et de formation avancée en calcul scientifique.

Quelles conséquences ? Outre la chaleur supplémentaire que nous ressentirons (il faut s’attendre à 12 fois plus de jours de canicule d’ici la fin du siècle à Paris, selon Météo France), le dérèglement climatique aura de multiples conséquences au niveau mondial : disparition d’espèces animales et végétales, diminution du rendement agricole, amplification des événements météorologiques extrêmes (tornades ou inondations), possible hausse des maladies, etc.

Quelles solutions ?
D’après Laurent Terray, seul un « scénario agressif » pourrait contenir la hausse des températures à 2°C par rapport à l’époque pré-industrielle (limite fixée par la communauté internationale). Il faudrait pour cela « une réduction des émissions très forte mais aussi des mesures de captation et de séquestration du carbone importantes, et un bouquet énergétique différent. » Le réchauffement pourrait alors être de 1,9°C à la fin du siècle, voire 1,2°C selon d’autres scénarios testés par les chercheurs. 
De son côté, l’Agence internationale de l’énergie préconise 4 mesures : multiplier les efforts d’efficacité énergétique dans le bâtiment, les transports et l’industrie, limiter l’utilisation de centrales électriques à charbon à bas rendement, réduire les rejets de méthane de l’industrie pétrolière et gazière et supprimer les subventions à la consommation de carburants fossiles.

Si rien n’est mis en place pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, la hausse des températures pourrait se ressentir dans un futur proche, avec une augmentation de 1,4°C prévue entre 2020 et 2049.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free