Et le mégot devint fleur

Dommage, la « Cigg Seeds » (clope-graine) n’existe pas encore ! Cette invention d’un nouveau genre pourrait pourtant changer le quotidien des municipalités qui dépensent des fortunes pour nettoyer les rues, mais aussi limiter la pollution. Car, en France, 30 milliards de mégots de cigarettes sont jetés chaque année au sol. C’est une source de pollution (rivières, trottoirs…) qui peut aussi être à l’origine d’incendies ou intoxiquer les animaux. Avec son invention, Ben Forman pourrait bien endiguer ce fléau écologique.

Car côté développement durable, la cigarette fait figure de mauvais élève. Ainsi, le Comité national contre le tabagisme rappelle que « la culture et le séchage des feuilles de tabac contribuent au phénomène de réchauffement climatique (…). Dans de nombreux pays, ceci nécessite de couper des arbres et de les brûler pour produire l’énergie. » On estime même que 200 000 hectares de forêts disparaissent chaque année pour laisser place à des plantations de tabac. 

Seuls Tom Skazy et son entreprise TerraCycle ont pris le parti du recyclage difficile. Après les chewing-gums et les couches usagées, ils ont lancé un programme de collecte et de transformation des mégots. Une fois stérilisés, ils sont disséqués : le papier et le tabac partent en compost, l’acétate de cellulose utilisée dans le filtre est fondue et réintroduite dans la fabrication d’autres produits plastiques, comme des fauteuils de jardin ou des cendriers. Mais le mégot a aussi une fin de vie beaucoup plus inattendue : des chercheurs de l’Université nationale autonome de Mexico ont découvert qu’il est de plus en plus utilisé par les oiseaux citadins pour la fabrication des nids car il éloignerait mites, poux, tiques et autres puces.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free