Incroyables Comestibles, “la co-création joyeuse d’abondance partagée”

Incredible Edible, que nous connaissons mieux en France sous le nom d’Incroyables Comestibles, est un mouvement participatif citoyen né à Todmorden (petite ville du Nord de l’Angleterre) en 2008, sur l’initiative de trois habitantes, préoccupées tant par des considérations écologiques qu’économiques.

Spontanément, elles ont commencé à investir les espaces publics afin d’y planter des graines. Très vite, elles ont été rejointes par d’autres habitants, et le mouvement a pris une telle ampleur dans cette ville que 3 ans seulement après son lancement, il permettait déjà de couvrir plus de 80% des besoins alimentaires de ses 15 000 habitants, notamment grâce au soutien des élus locaux…Un chiffre qui laisse rêveur, quand on sait qu’au jour d’aujourd’hui plus de 800 millions de personnes dans le Monde souffrent de la faim.

L’expérience de Todmorden est particulièrement prometteuse : parti de quelques simples graines disséminées sur les espaces publics, ce mouvement a permis aux habitants, particuliers comme commerçants, d’appréhender autrement leur mode de consommation, et au-delà de ça, leur perception de la vie en collectivité. C’est donc toute une conception de la société qui a été réformée!

Loin de se cantonner à Todmorden, ce mouvement depuis a été repris dans de nombreux pays, avec toujours pour philosophie « la co-création joyeuse de l’abondance partagée » (http://www.incredible-edible.info/).

En France, de telles initiatives essaiment un peu partout, on en dénombre déjà pas moins de 400. J’ai eu la chance de m’entretenir avec Damien Girard, membre d’Incroyables Comestibles de Lorient :

Qu’est-ce qui vous a amené à vous lancer dans cette aventure ?

Je suis intéressé par la question de mise en commun de biens et de la réappropriation des espaces publics pour les rendre productifs. En effet, on ne peut pas être attentif à la réduction des espaces agricoles et ne pas essayer de voir dans l’urbanisation les espaces vides que l’on pourrait aménager pour la production. Je trouve important de sensibiliser à la culture potagère et aux enjeux de production.

Par ailleurs, c’est un outil qui doit servir à faire du lien social, puisque la culture produite est accessible à chacun (certains cultivent, d’autres récoltent…) et offre un espace de discussion dont on manque dans nos sociétés, en dehors de nos cercles familiaux et professionnels.

A titre personnel, j’ai installé devant chez moi des bacs de culture devant ma maison, qui permettent de créer des échanges avec des passants, et de susciter l’intérêt des enfants scolarisés à proximité, qui voient les cultures évoluer au fil du temps.

Lire la suite page 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free