Interview GreenFriends-France

Le printemps venu, nous avons profité d’un doux week-end pour nous rendre à la ferme du Plessis, près de Chartres, et rencontrer l’équipe de GreenFriends-France qui nous a parlé avec chaleur de leur vision de l’écologie.

Vue-Batiment-1.jpg

Le printemps venu, nous avons profité d’un doux week-end pour nous rendre à la ferme du Plessis, près de Chartres, et rencontrer l’équipe de GreenFriends-France qui nous a parlé avec chaleur de leur vision de l’écologie. Compte-rendu d’une rencontre magique avec Mathieu Labonne, l’un des administrateurs, coordinateur de plusieurs projets.

Pourquoi avoir créé GreenFriends-France ?

GreenFriends est une association née en Inde. A l’origine, les fondateurs voulaient sensibiliser les écoliers au respect de la nature, dans la lignée du message d’Amma, une grande figure humanitaire (reconnue comme Mahatma en Inde, c’est-à-dire « Grande Ame » en sanskrit, comme Gandhi avant elle). Amma insiste notamment sur la nécessité de récréer une harmonie entre l’humain et la Nature.

En créant une branche de l’association en France, l’idée était de réunir des personnes impliquées individuellement dans des projets de protection de l’environnement et mobilisées autour de la ferme du Plessis (aussi nommé Centre Amma), un lieu magnifique, et d’y incarner un idéal de mode de vie écologique. L’association est venue structurer cette démarche pour la rendre plus ouverte, accessible et efficace.

Potager-38.jpg
Quelles actions l’association mène-t-elle sur le terrain ?

La priorité de GreenFriends-France est d’aménager et d’entretenir le Centre Amma en écosite modèle et pédagogique. Il s’agit d’une grande ferme, ancien manoir seigneurial (avec dépendances) remontant au 13ème siècle qui représente près de 3000 m2 couverts, sur 6 ha de terrain. Depuis 2002, ses résidents et les visiteurs restaurent cette belle ferme dans le style local. Les efforts de chacun contribuent à faire de cet endroit un havre de paix pour ceux qui cherchent à se ressourcer.

Cette priorité de GreenFriends-France se décline autour de 4 grands axes :
1/ Autonomie alimentaire et agroécologie (potager et verger biodynamiques, rucher, restauration et utilisation d’un vieux four à pain, etc.)
2/ Protection de la biodiversité locale et plantations d’arbres
3/ Construction de nouveaux lieux de vie (maisonnette en terre-paille, yourte…)
4/ Rénovation écologique du patrimoine historique (isolation en ouate de cellulose, fibre de bois, panneaux gypse…)

Par ailleurs, nous sommes engagés dans une démarche de transmission et de partage. Nous voulons que ce centre puisse être un espace de rencontre privilégiée avec le Vivant mais aussi un lieu de transmission d’un savoir pratique sur l’écologie, afin qu’à leur tour les visiteurs puissent agir là où ils vivent. La dynamique humaine est ainsi essentielle et les rencontres GreenFriends-France sont remplies de convivialité. C’est ainsi le début d’une grande « éco-communauté » qui pourrait s’étendre au-delà des murs du lieu.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le projet « Babel » ? Quels impacts positifs en attendez-vous ?

Le projet B.A.B.E.L. (Bois, Abeilles et Biodiversité pour une Ecologie Locale) cherche à engager des jeunes dans une réflexion en profondeur sur leur mode de vie. Au travers de concrétisations écologiques, le projet se veut le moyen d’un cheminement intérieur nécessaire pour incarner le changement.

Ce projet regroupe 2 sous-projets pratiques : nous avons tout d’abord implémenté la technique du « Bois Raméal Fragmenté » (BRF) (dont un suivi scientifique est en cours) qui est un moyen de fertiliser naturellement le sol à partir de broyats de rameaux de bois frais. Une initiation à la microbiologie des sols !

La seconde composante tourne principalement auprès de la construction d’un « sanctuaire des abeilles », oeuvre architecturale écologique dont les murs sont habités d’essaims. Unique et pédagogique, ce lieu donnera à voir de l’intérieur, et en toute sécurité, des essaims à travers des moustiquaires et des vitres. Les abeilles sortiront par l’extérieur. En construisant ce petit temple en terre, en paille, en bois et avec un beau toit végétalisé lors d’un chantier d’une semaine, de jeunes participants découvriront diverses techniques de construction écologique. Et nous espérons bien que la présence des abeilles dans les murs permettra un chauffage au miel en hiver !

Mais l’important c’est qu’autour de ces actions concrètes se dessinent les contours d’un réenchantement de notre rapport à la Nature et au réel. Car l’idée de ces projets et des évènements associés est aussi d’en faire des espaces de dialogue entre écologies intérieure et extérieure. Un film en cours présentera la philosophie du projet et son déroulement.

Babel_WE1_37.jpg

La mobilisation des jeunes en faveur de l’écologie semble très forte – qu’est-ce qui peut expliquer une plus forte mobilisation de cette génération par rapport à la précédente ?

Pour les jeunes, la crise écologique, c’est leur présent et leur futur. Il y a, parmi cette génération, une certaine remise en cause de la société de consommation dont ils voient les limites, les dangers et surtout ressentent profondément que ce modèle ne rend pas heureux. L’écologie est l’occasion de donner du sens et justement de réenchanter notre rapport au Réel.

En s’engageant avec GreenFriends, ils saisissent l’opportunité de participer à la création d’un nouveau modèle de société, à la fois plus respectueux de la nature et plus solidaire. Ce projet Babel leur parle parce qu’il est vecteur de sens, porteur d’un idéal de respect dans lequel les jeunes se reconnaissent. L’idée du projet est justement d’être « anti-babélien » : que chacun trouve sa place et son langage et que de leur diversité naisse une société plus joyeuse.

Quels sont vos prochains projets ?

Il y a plusieurs projets qui s’inscrivent dans la continuité de l’existant : extension du verger, du potager, travail sur les énergies renouvelables, poursuite des travaux de rénovation écologique du lieu, etc.

Nous réfléchissons aussi sur des projets en dehors des murs du Centre Amma mais ils seront sans doute aussi principalement tournés vers l’agroécologie. C’est essentiel de capitaliser les savoirs acquis à la ferme du Plessis en les partageant, l’idée d’un réseau des « écosites sacrés » a ainsi germé dans quelques esprits. A titre anecdotique et pour les urbains qui liront nous pensons aussi proposer des week-ends de formation où on montrerait comment créer un mini-potager sur son balcon !

Quel message souhaiteriez-vous faire passer auprès de gens concernés par le développement durable et la conso responsable ?

Bonne question…. ! Nous ne sommes pas des militants, cette association rassemble avant tout des personnes qui tentent d’incarner les principes et valeurs qu’ils souhaitent voir se développer dans le Monde, comme l’harmonie, la bienveillance, la sobriété… Le mieux, c’est donc de venir nous voir, de visiter le Centre Amma et d’apprécier par vous-même la résonnance et l’invitation que vous suggèrent notre démarche.

GreenFriends fait partie des associations soutenues par Greenweez. Pour en savoir plus : http://www.greenweez.com/ethique.ht… et http://www.greenweez.com/les-associ…

Et aussi, rendez-vous sur : http://www.greenfriends-france.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free