La grande histoire de la petite box (épisode 1)

Vous me connaissez maintenant, j’aime partager avec vous mes découvertes en cuisine : une recette ? Un produit ? Une nouvelle marque ?  Vite, il faut que je vous le raconte !

Alors, avec l’équipe du magazine, on a décidé de tester ma créativité tous les mois : je reçois une box de produits et … à moi de les « sublimer » dans ma cuisine (comme diraient les chefs). Le challenge, c’est que je ne connais pas à l’avance le contenu de ma box…

PHOTO BOX

Le contenu de la box du mois

Je pars vers l’Asie pour ce premier mois découverte, l’équipe a choisi de glisser dans la box un paquet de pâtes Soba au sarrasin (super, j’essaie de bannir le gluten au maximum !), des haricots rouges azukis (j’adore leur petite forme ronde, plus jolis que les haricots rouges traditionnels) et du miso blanc de chez Aromandise. C’est une marque que j’aime beaucoup pour sa créativité et ses produits originaux : j’utilise presque quotidiennement les cristaux d’huiles essentielles, un vrai « plus » dans une poêlée de légumes ou une sauce.

 

photo box 2

La recette du mois

Des pâtes ? Des légumineuses ? Du miso ? Il faut que la magie opère !

Je commence par faire tremper 2 grosses poignées de haricots azukis dans un bol d’eau pendant toute une nuit … la nuit porte conseil dit-on. Le trempage est une étape à ne pas manquer lorsqu’on choisit de consommer les légumes secs en vrac : on élimine ainsi les toxines de la graine. Cette étape est également indispensable pour le riz, quelle que soit la variété (arborrio, riz rond, noir, etc …). Il y aurait des traces d’arsenic dans les rizières et le trempage puis le rinçage permettraient d’évacuer les résidus, impropres à la consommation. L’eau doit être transparente, signe que le riz (ou le légume sec) est bel et bien débarrassé de ses impuretés.

 

photo box 3

Le lendemain, de nouveau devant mon bol de haricots azukis, me voilà partie dans la folle aventure d’un wok !

  • Je plonge les haricots rincés dans une casserole d’eau bouillante : ils y resteront 45 minutes environ, le temps de cuire à 90% (la cuisson durant normalement 1 heure, à petits bouillons).
  • Pendant ce temps, j’épluche et émince un gros oignon, je le fais revenir dans 3 cuillères à soupe d’huile de coco.
  • Quand il est bien doré, j’ajoute des branches de céleri que j’ai lavées et finement coupées. Je laisse cuire à feu doux pendant 15 minutes.
  • Je prépare ma sauce qui servira de liant : dans un petit bol, je mélange une cuillère à soupe de miso blanc, 10cl de crème de soja liquide, une pointe de purée de piment (souvenir de vacances ramené de l’Ile Maurice). Je mélange le tout (personnellement, je ne mets pas de sel dans ma cuisine ou très peu, mais vous pouvez saler et poivrer à cette étape).
  • Je déglace l’oignon et le céleri avec 2 cuillères à soupe de vinaigre balsamique, je mélange. Puis j’ajoute la sauce que j’ai préparée. Quand les haricots sont cuits, je les égoutte et je les ajoute également. Je laisse cuire encore quelques minutes avec le couvercle. Je coupe le feu et je maintiens au chaud.
  • Je m’occupe ensuite des pâtes : je suis attentivement les étapes indiquées sur le paquet, je les jette dans une casserole d’eau bouillante pendant 6 minutes. Je coupe le feu puis attends de nouveau 2 minutes. Je les rince à l’eau froide pour les aider à garder leur souplesse.
  • Dans une assiette creuse, je dispose la moitié des pâtes avec une pince italienne, et je verse la sauce et les légumes au-dessus. Un délice !

Je recommencerai cette recette en ajoutant, cette fois-ci, quelques morceaux de gingembre frais et râpé pour lui donner, encore plus, les saveurs de l’Asie.

Bon appétit !

One thought on “La grande histoire de la petite box (épisode 1)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free