La Journée mondiale des zones humides

Baies, deltas, estuaires, étangs, lagunes, vasières, tourbières, marais, landes et prairies inondées, salines, rives de lacs et de rivières, mangroves… Les zones humides sont parmi les plus riches en biodiversité et fournissent de nombreux services à l’homme : réservoir alimentaire, épuration de l’eau, tourisme, faune et flore…

La Journée mondiale des zones humides (JMZH) célèbre l’anniversaire de la signature par 157 pays de la convention de Ramsar en Iran, le 2 février 1971. En 2013, 168 pays sont signataires de cette convention. Après la gestion de l’eau, la thématique est consacrée cette année à l’agriculture. Les zones humides ont souvent été considérées comme un obstacle à l’agriculture, et elles continuent à être drainées afin de rendre plus de terres disponibles pour l’agriculture. Elles sont menacées par des initiatives de développement agricole intensif à grande échelle et par les effets possibles des changements climatiques (sécheresse).

Mais le rôle essentiel des zones humides en appui de l’agriculture devient de plus en plus évident. « Les agriculteurs sont les premiers gestionnaires des zones humides et font aussi partie des garants de la qualité de l’eau et de la biodiversité de ces territoires. L’agriculture en zone humide est un enjeu aussi bien écologique qu’économique », précise Hugues Destouches, conservateur de la Réserve Naturelle Nationale de Saint-Denis-du-Payré.

En partenariat avec la FAO et l’IWMI, le Secrétariat de la convention de Ramsar a produit une brochure sur le thème mentionnant les différents types et échelles d’agriculture, les impacts de l’agriculture sur les zones humides, et quelques-unes des méthodes utilisées avec succès pour réduire les impacts négatifs, maintenir la santé des zones humides et restaurer les zones humides dégradées dans les paysages agricoles. Ainsi de multiples méthodes traditionnelles et/ou extensives sont mises en place afin de maintenir une diversité biologique et une fonctionnalité des écosystèmes : entretien et restauration de zones humides, fauche tardive, saliculture, maintien du pâturage, mise en place des bandes enherbées entre les cultures et les haies, limitation de l’usage des fertilisants…

Du 1er au 9 février, grâce à la mobilisation d’une cinquantaine de structures locales et en collaboration avec Evian et Ramsar, la LPO propose près de 100 animations pour le grand public, partout en France.

Plus d’infos : www.zones-humides.eaufrance.fr 
 
Crédit photo : © gabylegeai – Fotolia.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free