La moitié des papillons européens a disparu en 20 ans

Certes, les papillons embellissent nos prairies. Mais ils ont une autre utilité : comme les abeilles, ils polonisent. La plupart des 5200 espèces connues en France métropolitaine sont essentielles à la reproduction des végétaux car les papillons récoltent le nectar des fleurs avec leur longue trompe (enroulée en spirale au repos). « Nous devons reconnaître l’importance de ces papillons et d’autres insectes ; la pollinisation qu’ils réalisent est essentielle pour les écosystèmes naturels et l’agriculture », a rappelé l’AEE.

Seulement voilà,
sur 17 espèces recensées dans 19 pays différents, l’agence estime que huit diminuent, que deux sont stables et que seulement une seule augmente. « Le papillon Gazé, aux ailes blanches veinées de noir, a complètement disparu du Royaume-Uni. C’était une espèce typique du bocage anglais, précise Romain Julliard, chercheur au Muséum national d’histoire naturelle, à Ouest France. Mais l’habitat naturel du papillon a été déstabilisé. La combinaison prairies fleuries et haies – indispensable à la survie de l’espèce – n’existe plus. » D’après les scientifiques, il n’y a pas de doute : l’usage de pesticides et la pratique d’une agriculture intensive ont appauvri les prairies et rendu rares les fleurs à butiner. Or pour se développer, la larve du papillon a besoin de plantes hautes et de fleurs qui n’existent plus que sur le bord des routes, le long des voies de chemin de fer et dans les parcs des villes, dans certaines zones du nord-ouest de l’Europe, indique l’étude.

« Outre les papillons, d’autres espèces d’insectes ou d’oiseaux sont touchées. À terme, les hommes vont perdre une qualité de vie », confie Romain Julliard. L’enjeu est maintenant de protéger la biodiversité tout en trouvant un système agricole qui ne pénalisera pas les travailleurs.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free