La pollution des océans : plus qu’un constat, des actions !

Le 8 juin a eu lieu dans plus de 70 pays la Journée Mondiale des Océans, à laquelle ont participé de nombreuses associations.

Destinée à rappeler le rôle incontournable de ces sources de vie, cette célébration est un moyen non seulement de sensibiliser le public à cette cause, mais également de le faire agir. Car l’océan se transforme peu à peu en un continent de déchets !


Une dégradation constante qui n’est pas inéluctable

Près de 40% des océans sont impactés lourdement par l’activité humaine ! Pollution résultant des déchets ménagers non valorisés (d’où l’utilité de la poubelle de tri !) ainsi que des substances toxiques agricoles et industrielles, pêche intensive dévastatrice qui vide les stocks de poissons et dégrade leur environnement naturel, destruction du littoral induit par une construction frénétique irraisonnée… le constat est amer : l’état de l’océan est préoccupant, car il se dégrade de plus en plus rapidement, menaçant ainsi la vie sur notre planète.

L’océan : un rôle déterminant au quotidien

L’océan, c’est 96% de l’eau de surface, 25% de CO² absorbé et plus de deux milliards et demi d’êtres humains qui en dépendent pour leur besoin journalier en protéines (car l’océan en est la première source au monde !).
Mais, c’est également un régulateur du climat au niveau planétaire ainsi qu’un fournisseur d’eau de pluie et d’eau potable.Ssans compter que c’est un axe vital pour les transports.
Il devient donc fondamental de préserver sur tous les plans cette ressource mondiale essentielle, notamment grâce à une politique de gestion prudente, comme le préconise la Blue Society.

Agir chaque jour pour préserver l’écosystème marin

De nombreuses associations agissent pour sensibiliser particuliers et professionnels sur l’importance de l’océan dans notre vie. Parmi elles, l’association Surfrider Foundation, dont les membres participent à de nombreuses actions collectives, comme le nettoyage des plages ou la dénonciation de pollutions.
Mais sur un plan individuel, nous pouvons également agir, en ayant par exemple le réflexe de la poubelle de tri, afin que l’océan ne soit plus un continent de déchets (car la valorisation de ceux-ci concoure à protéger l’océan de la pollution).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free