La refonte de la politique énergétique

Verdir sa production énergétique, le nouveau défi de l’Europe

L’Europe devra revoir ses infrastructures, rendre son marché intérieur compétitif au regard des énergies vertes, faire converger indépendance énergétique et objectifs climatiques, réduire les gaz à effet de serre, agir en faveur d’énergie renouvelable et de la protection de l’environnement… Devenir indépendant énergétique reste cependant un problème épineux pour l’UE, plus gros importateur mondial d’énergie, avec 53% de son énergie consommée importée pour une facture annuelle de 400 milliards d’euros. Un programme ambitieux qui nécessite des moyens à la hauteur.

Le Paquet Énergie-Climat 2030, un accord ambitieux conclu sur l’énergie et le climat

Adopté en octobre, le paquet Energie-Climat, objet d’un accord conclu par le Conseil européen est destiné à répondre aux enjeux économiques et écologiques du 21ème siècle. Avec cet accord, l’Europe qui fait figure de continent volontaire, créatif et visionnaire, se place en position de leader dans le domaine de la transition énergétique et notamment au regard de la prochaine conférence pour le climat qui aura lieu en décembre 2015 à Paris. L’accord ambitieux conclu sur l’énergie et le climat est une étape indispensable pour la construction d’une Europe de l’Énergie durable qui va permettre de :

– Donner, grâce à la croissance verte, un nouvel élan à l’économie européenne
– Engager l’Europe dans un nouveau modèle énergétique de développement
– Agir contre le dérèglement climatique

Le Projet de Loi sur la Transition Énergétique pour la Croissance Verte est un bon point pour la France qui fait figure d’excellente élève avec ce projet qui prévoit:

– 40 % de réduction des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030
– Un objectif d’efficacité énergétique de 27 % en 2030
– Une nouvelle étude d’ici 2020 de porter cet objectif à 30 %

Pour palier aux manques de moyens : le soutien du Conseil européen

Le Conseil européen a réaffirmé sa volonté d’apporter son soutien aux Etats membres pour appuyer l’innovation de projets concrets. Un soutien qui vient compléter le plan d’accompagnement de la loi de transition énergétique proposée par la France. Cette aide table notamment sur le mécanisme NER 400, un nouveau fonds de modernisation provenant de la banque européenne d’Investissement et sur une nouvelle répartition de 10 % des quotas carbone aux Etats membres justifiant d’un PIB inférieur de 90 % par rapport à celui de la moyenne européenne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free