Histoire de savons : le savon à froid

Le savon le plus connu de tous les français reste indiscutablement le savon de Marseille. Sa fabrication remonte à environ 1370, elle a ensuite été réglementée sous Louis XIV, avec une teneur minimum de 72% d’huile d’olive. Au XIXème siècle, Marseille compte 90 savonneries, et produit plus de 100000 tonnes de savon. L’arrivée des détergents de synthèse, dans les années 50, entraînera le déclin et la délocalisation de la production. Aujourd’hui c’est la Chine qui est le plus gros producteur de savons de…. Marseille…. En effet la dénomination “Savon de Marseille”correspond seulement à une méthode de fabrication  garantissant une teneur minimale en huile d’olive. D’autres matières grasses que l’huile d’olive peuvent être utilisées dans ce procédé, y compris des graisses d’origine animale (sodium tallowate)… Ce savon trouve lui même son origine dans le savon d’Alep, élaboré dans la ville de Syrie dont il porte le nom, il y a 3500 ans. Sa recette est arrivée en Europe au moment des croisades (1095 – 1291). Il est composé d’huile d’olive, d’huile de baies de laurier (qui lui donne sa couleur marron à l’extérieur et verte à l’intérieur) et de soude végétale (salicorne, salsola kali).

La saponification des savons d’Alep et de Marseille ont a peu près le même procédé de fabrication, l’huile d’olive, l’eau et la soude sont portées à ébullition dans des chaudrons, et la réaction chimique transforme l’huile en savon liquide. En fin de processus est ajoutée l’huile de baie de laurier, pour le savon d’Alep, c’est ce qu’on appelle le sur-graissage. La pâte est étalée, puis découpée en cubes qui sont ensuite empilés pour une phase de séchage de 1 mois à 3 ans (pour le savon d’Alep). Pendant cette “cure”, la soude qui n’a pas réagi avec l’huile se décompose, le taux d’humidité et le PH (potentiel hydrogène) diminuent.

 

Pour la fabrication des savons industriels aujourd’hui, c’est la saponification à chaud qui est utilisée. La pâte de savon est chauffée à environ 120°C, pour accélérer la réaction chimique qui est une réaction lente. Ils sont le plus souvent conçus à partir d’huile de palme et de graisse animale, auxquels sont ajoutés  EDTA (chélate peu biodégradable, qui ne peu être nettoyé par les stations d’épuration et est donc rejeté dans les rivières et les lacs, et pollue l’eau potable), propylène glycol, sodium laureth sulfate… Le savon est séparé de sa glycérine (vendue à d’autres industriels pour faire des rouges à lèvres par exemple), ce qui cause sécheresse et démangeaisons, allergies et hypersensibilité de la peau.

 

La saponification à froid est une réaction chimique simple, qui a été expliquée pour la première fois en 1823 par le chimiste français Michel-Eugène Chevreul, père de la savonnerie moderne. Cette méthode connait un essor lors de la conquête de l’ouest (XIXème), au sein des pionniers. En effet, le procédé ne nécessite pas de cuisson, c’est l’action de mélanger qui déclenche le processus. La pâte de savon est ensuite moulée, et c’est la réaction exothermique qui prolonge la saponification :

 

 

matière grasse (huiles, beurres, graisses) + base (soude ou potasse) = savon + glycérine

 

 

Quels sont les avantages du savon à froid?

  • La glycérine, qui apporte de l’hydratation, est conservée, contrairement aux savons industriels qui eux sont dé-glycérinés. Donc pas de sensation de sécheresse ou de peau qui “tire” après utilisation.
  • Le fait de ne pas “cuire” les huiles végétales permet de conserver toutes leur propriétés, donc les savons à froid deviennent des soins à part entière, qui contiennent des élément nourrissants.
  • Peu de matériel et peu d’investissement.
  • L’impact sur l’environnement est nul.
  • Un procédé qui est à la portée de tous.

 

Quel savon à froid pour ma peau?

 

Peaux grasses, acnéiques : Savon surgras la vahiné- Clémence et Vivien,

Savon surgras l’Emir – Clemence et Vivien,

Savon à l’argile verte – Fun’ethic

 

Peaux sèches et réactives :

 

Savon surgras le Suisse – Clémence et Vivien,

Savon surgras le st Bernard – Clémence et Vivien,

Savon à la Caméline – Fun’ethic

Savon au chanvre – Fun’ethic

 

Sources : wikipédia, ADNS, Soapsession, Leanne & Sylvain Chevallier “je crée mes savons au naturel”(ed. terre vivante).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free