Le dérèglement climatique menace la faune et la flore

« Les changements climatiques vont réduire considérablement la biodiversité, même pour les plantes et les animaux communs. » Rachel Warren, chercheuse à l’Université d’East Anglia et co-auteure de l’étude, est formelle : sur les 50 000 espèces qu’elle a étudiées, les plantes, les amphibiens et les reptiles sont les plus menacés par le réchauffement climatique car le rythme de leur capacité d’adaptation est plus lent. L’Afrique sub-saharienne, l’Amérique centrale, l’Amazonie et l’Australie seraient les zones les plus touchées.

« Les populations d’animaux en particulier pourraient disparaître plus que nous ne l’estimons avec moins de plantes disponibles pour les nourrir, poursuit-elle. Il y aura aussi des retombées sur les hommes car il y a des espèces qui sont importantes pour la purification de l’eau et de l’air, pour limiter les inondations et le cycle de l’alimentation. » Seulement 4 % des animaux devraient bénéficier d’une augmentation de leur territoire grâce aux changements climatiques.

C’est le cas des grands albatros de l’île de Crozet qui pourront, d’après le Centre d’études biologiques de Chizé, bénéficier de vents d’ouest plus fréquents dans l’océan Austral pour aller plus loin et ainsi mieux se nourrir et se reproduire. A l’inverse, l’organisation écologiste WWF estimait dans un rapport de 2012 que l’habitat des léopards des neiges au Népal allait se réduire de 40% d’ici la fin du siècle à cause du réchauffement climatique. Même son de cloche pour les mammifères américains dont 40% pourraient disparaitre car ils ne pourront pas se déplacer assez rapidement pour trouver de nouveaux habitats, selon l’université de Washington.

La source du problème : l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre (GES) qui réchauffent l’atmosphère. La communauté internationale s’est fixée comme objectif de maintenir la hausse des températures à 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels d’ici à la fin du siècle, mais les chercheurs de l’université d’East Anglia l’estiment déjà à 4 °C.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free