Le régime Okinawa, les mille et une vertus d’un mode de vie japonais

Amis de la géo, bonjour ! Okinawa, c’est cette petite île nichée dans l’océan pacifique, entre Taïwan et le Japon. Alors, pourquoi elle nous intéresse, pourquoi on en parle ?

Et bien tout simplement parce que dans cet archipel, on retrouve la plus longue espérance de vie, ainsi que le plus grand nombre de centenaires au monde ! 86 ans pour le femmes, et 78 ans pour les hommes, pas mal non ? Les habitants vivent donc plus longtemps, en pleine possession de leurs moyens, grâce à un mode de vie précis, dont on pourrait facilement s’inspirer.

Alors, concrètement, comment font-ils pour vivre aussi bien ? La réponse se trouve principalement dans leur assiette. À Okinawa, le régime alimentaire repose principalement sur deux piliers : manger semi-végétarien, et consommer peu de matières grasses. En bref, proposer une restriction calorique, sans avoir à les compter. Contrairement aux apparences, c’est un équilibre assez facile à mettre en place, sans avoir besoin de réels efforts au quotidien, je vous explique ceci en 12 piliers !

1 – À Okinawa, on ne mange pas plus que sa faim, on mange même un peu moins. En effet, pour éviter d’être ballonné, les habitants pratiquent le “hara hachi bu”, qui consiste à manger 80% de son appétit. Un standard culturel qui peut totalement s’adapter à notre mode de vie occidental, et qui peut même nous éviter d’être ballonné après un trop gros repas (vous le voyez ce moment hein ?).

2 – La base alimentaire de l’île consiste à ne nourrir d’aliments peu caloriques, mais riches en vitamines et minéraux. Privilégier les aliments sains tels que le poisson, les algues et les céréales fait donc partie des réflexes.

3 – Consommer au quotidien 7 fruits et légumes (pour leurs vitamines, minéraux, eau, etc.) vient s’ajouter à ceci, de sorte à créer un équilibre total.

4 – Mais ça n’est pas tout ! 7 portions de céréales complètes et/ou de légumes secs par jour + 2 plats à base de soja achèvent de créer le squelette alimentaire des okinawaïens.

5 – À tout ceci, on ajoute beaucoup d’épices, d’herbes et d’algues, pour le goût, certes, mais également pour les propriétés antioxydantes qu’elles comportent. On me dit même dans l’oreillette que les algues aideraient à déloger le choléstérol, si c’est pas le rêve ça !

6 – En toute logique, on essaie de limiter sa consommation d’alcool, de sorte à ressentir le moins possible ses effets négatifs sur la santé.

7 – Les aliments que l’on consomme à Okinawa sont peu cuits. On privilégie donc le feu doux, ou encore la vapeur, pour préserver les nutriments. De ce fait, on évitera le four à micro-ondes et le barbecue, qui ne sont pas réputés pour être les modes de cuisson les plus sains.

8 – Les habitants intègrent également du poisson 3 fois par semaine, toujours dans ce souci d’équilibre et de santé.

9 – Toutefois, peu d’autres produits d’origine animale (viande, produits laitiers) sont consommés, un point important qui rend donc ce mode de vie “semi-végétarien”.

10 – Bien évidemment, peu de sucre, de sel et de matière grasse, qui sont, consommés en grande quantité, des ennemis bien-être.

11 – Les aliments crus et cuits sont aussi souvent associés entre eux.

12 – Enfin, dans un souci d’hydratation, de régénération des cellules, ou encore de drainage, à Okinawa, on boit 1.5 L d’eau par jour (voire plus) ainsi que deux thés dans la journée, au minimum.

Grâce à ces douze piliers, Okinawa compte 400 centenaires pour une population de 1,3 million d’habitants, soit 34 centenaires par 100 000 habitants, un record mondial !

Dites adieu au surpoids, aux maladies vasculaires, et autres réjouissances, car selon les scientifiques, cette santé miraculeuse ne serait pas génétique, mais proviendrait exclusivement de ce style de vie, et particulièrement de l’alimentation que mettent en place les habitants de l’archipel.

On peut également noter que c’est un régime écologique et anti-crise : une consommation raisonnée et, surtout, une restriction des produits d’origines animales (viande, produits laitiers, etc.) qui sont de grands consommateurs de surface agricole.

Mais au-delà de l’alimentation, il faut évoquer la philosophie Okinawa : cette propension à rester en mouvement, une perception très positive du monde et de la vie, de puissants outils de gestion du stress, de solides réseaux de soutien et, enfin, beaucoup d’humour et de créativité. Une île aux milles richesses, qui ne manquera pas de nous inspirer dans nos modes de vies occidentaux !

Intéressé(e) par ce joli mode de vie ? L’ouvrage de Laurence Wittner et Anne Dufour, intitulé Le régime Okinawa, et publié aux éditions Leduc.S est une petite pépite d’informations lorsqu’il s’agit de s’informer de manière plus poussée !

A très vite,

Thomas du blog Thomas Louis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free