Le saumon, dangereux pour la santé ?

Bons pour la vue, bons pour le système cardiovasculaire… les oméga-3 sont à consommer sans modération ! Et ça tombe bien pour les Français qui raffolent du saumon : il est composé de plus de 10 % de ces acides gras essentiels. Comme tous les poissons, le saumon est également source de protéines, de vitamines B et D, et d’oligo-éléments (phosphore, fer, potassium…). Des arguments-santé pourtant mis à mal par deux affaires sanitaires récentes.

La première a été révélée par la SVT, la télévision publique suédoise : du saumon suédois pêché en mer Baltique a été importé sur notre territoire. Mais, à cause de la pollution de cette mer, l’Union européenne a interdit en 2002 à la Suède d’exporter ce poisson. Son niveau de dioxine est supérieur aux limites autorisées, ce qui peut agir chez l’homme comme perturbateur endocrinien, élément cancérigène ou affecter le système nerveux.

Autre affaire, autre lieu. Aux Etats-Unis, la société AquaBounty pourrait obtenir l’autorisation de commercialiser un saumon génétiquement modifié. Si l’agence de sécurité sanitaire américaine (FDA) a conclu à son innocuité pour la santé, Tim Schwab, chercheur à l’ONG américaine Food & Water Watch, reste prudent : « La FDA a réalisé des tests sur un échantillon de poissons très insuffisant. Il n’en reste pas moins que les tests ont conclu à des taux d’hormones de croissance (IGF1) 40 % supérieurs et un potentiel allergénique 20 % à 50 % plus importants que des saumons normaux. »

Une question se pose alors : comment éviter ces produits ?
Vous pouvez tout d’abord vous fier au label de l’agriculture biologique (AB ou Européen) qui impose au pisciculteur de ne pas donner d’antibiotiques préventifs aux animaux, de les nourrir à base d’aliments végétaux issus de l’agriculture biologique et garantis sans OGM.
Autre logo à retenir : le Label rouge. L’alimentation des saumons ne contient alors ni produits d’animaux terrestres ni OGM. En fin de cycle, leur taux d’engraissement est limité afin de restaurer la teneur en acide gras oméga-3 dans la chair.

Pensez également que le poisson sauvage est meilleur que celui d’élevage, notamment pour le saumon norvégien, particulièrement consommé en France (pour débarrasser leurs poissons du pou de mer, certains éleveurs utilisent du diflubenzuron, un pesticide toxique). Enfin, n’hésitez pas à demander conseil à votre poissonnier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free