Le soja, une réputation houleuse

Certainement l’aliment le plus emblématique de la cuisine sans produits carnés, le soja a ses adeptes. Mais également ses détracteurs. On lui reconnaît des vertus nutritionnelles certaines et dans le même temps d’autres prônent la méfiance.

Et si on essayait de comprendre le vrai du faux ?

 

Le soja, pourquoi le consommer ?

Le soja, de plus en plus connu en Occident, fait aujourd’hui partie des « classiques » que l’on retrouve dans les boutiques d’alimentation biologique, mais aussi dans les supermarchés. Cette « démocratisation » du soja fait bien sûr parler de lui et amène un flot de questions à son sujet.

Les végétariens voient, dans le soja, un moyen efficace de remplacer les protéines de la viande, en consommant un aliment de qualité à prix très raisonnable (compter 3,50€ les 500g).

Le soja existe sous différentes formes : la graine jaune (ou fève) qui se cuisine comme une céréale, les boissons végétales (aromatisées ou non), le tofu ferme ou soyeux et le tempeh (qui ressemble au bloc de tofu à la différence près que la graine de soja est entière et non broyée). Cette pluralité fait du soja sa force : avec un goût relativement neutre et une texture fibreuse, il est aisé de le préparer « à sa sauce ». Son pouvoir « caméléon » est un atout de taille en cuisine, le soja peut s’inviter dans les recettes sucrées et salées ; il texture la préparation et prend facilement le goût et les saveurs qui l’entourent.

Enfin, d’un point de vue nutritionnel, selon le Dr Jérôme Bernard-Pellet, médecin nutritionniste, le soja est riche en protéines et présente également un parfait équilibre entre tous les acides aminés essentiels qui le composent.

 

Pourquoi en avoir peur ?

La grande polémique qui s’est créée autour du soja est due au fait que celui-ci contienne des isoflavones, appelés « phyto-oestrogènes ». Cette appellation, toujours selon le nutritionniste, est impropre dans la mesure où les isoflavones ne se comportent pas dans l’organisme comme des oestrogènes. Au contraire, ils auraient un effet bénéfique dans le cadre de la prévention du cancer du sein et pour la qualité de nos os.

Pourquoi montrer le soja du doigt quand on sait que les « phyto-oestrogènes » sont également présents dans les céréales complètes et le lait de vache, par exemple ? Deux aliments que les médias et le PNNS nous incitent à consommer pour « notre santé ». La réponse, nous pouvons le deviner, serait alors politique voire économique.

Car, n’oublions pas que le soja, relativement récent sur les tables françaises, est consommé en Asie depuis … 9 000 ans ! Il est alors légitime de penser que nous avons suffisamment de recul sur le sujet pour en connaître les bienfaits et les limites. D’ailleurs, sur l’île d’Okinawa, célèbre pour son taux de longévité important, la population consomme le soja dès l’âge de 6 mois (c’est-à-dire dès les premiers pas de la diversification alimentaire chez le nourrisson).

 

 

Comprendre les enjeux de la polémique sur le soja

Il me semble primordial, et ce quel que soit le sujet, d’essayer de comprendre les intérêts des différentes parties dans un débat, comme celui auquel nous assistons pour le soja.

L’information est toujours véhiculée par une personne ou un groupe, qui au-delà du « simple » fait d’informer, cherche à satisfaire ses propres besoins : le besoin d’aider (démarche altruiste), susciter une réaction ou une adhésion, détourner l’attention d’une autre information, …

Nous pouvons donc nous interroger sur les intérêts des groupes qui sont pour, et ceux qui sont contre la consommation de soja. Existe-t-il un lobby du soja ? Pas plus qu’il n’existe de lobby fruits & légumes … En revanche, pour les industries de la viande et du lait, oui. Le soja, de par ses qualités nutritionnelles et sa récente popularité, constituerait une menace de taille pour ces industries d’un autre temps. Ajoutons qu’aucune étude scientifique sérieuse n’a, à ce jour, adopté de position défavorable envers le soja.

Mais il existe une étude montrant des effets négatifs de la consommation de soja … chez l’animal. Selon le Dr Bernard-Pellet, les industriels se seraient engouffrés dans la brèche afin d’entretenir une peur au nom du fameux « principe de précaution ». Mauvaise foi ou désinformation ? Au consommateur de garder son libre arbitre.

 

http://la-veganista.fr/

6 thoughts on “Le soja, une réputation houleuse

  1. Intéressant cette polémique autour du soja.
    Ayant eu un cancer du sein, on m’a dit d’éviter le soja à cause des phyto-oestrogènes qu’il contient. Qu’en est-il réellement?

  2. Bonjour Sylvie, merci pour votre commentaire.
    “Mon médecin m’interdit le soja”, voilà une phrase que j’entends très souvent dans les ateliers culinaires que j’anime. N’étant pas moi-même médecin, il me serait déplacé de vous répondre directement, je préfère me baser sur les propos rassurants du Dr Bernard-Pellet et surtout, sur l’expérience des personnes Asiatiques qui le consomment depuis des millénaires.
    Ma position est la suivante : le corps médical est insuffisamment informé, et je pense que leur position est telle le célèbre dicton: “Dans le doute, abstiens-toi.”. Sans parler du travail de fond des lobbys qui ont réussi à nous faire croire que nous devions consommer “3 produits laitiers par jour” (cf : le PNNS). Alors qu’il est de notoriété publique que le lait de vache, par définition … est pour le veau.

  3. les lobbies de la viande essaie de nous bourrer le mou, comme on dit! j’ai eu un cancer du sein, je mange du soja sous toutes ses formes depuis 10ans, moment où j’ai eu ce cancer, et aucun problème!
    le cancérologue dit la même chose, et je lui ai dit qu’il est très mal informé!
    des études montrent au contraire que le soja est protecteur contre le cancer du sein!

    RESISTEZ aux injonctions, décidez par vous même!

    1. J’ai eu un cancer hormono-dépendant il y a 2ans, et suis porteuse du gène brca2. Je suis Vegan depuis 3 mois et consomme bien sûr pas mal de soja. Mais la réponse de mon oncologue à mon inquiétude par rapport au soja n’est pas très claire …..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free