Le stage de survie de Thomas

Thomas est notre chargé de référencement chez Greenweez, et ce week-end il s’est transformé en Bear Grylls (surtout connu pour son émission de télé-réalité intitulée Seul face à la nature). En effet, il est parti trois jours à Savines le lac (Hautes Alpes) entre Gap et Embrun, en stage de survie en pleine nature avec SURVIVOR ATTITUDE. Et il est revenu entier !!!

 

 

Thomas est parti trois jours avec un groupe mixte de 11 personnes dont un ado de 13 ans, et un instructeur (ancien para-militaire). Chacun avait pris un sac à dos et un équipement de randonnée classique, vêtements, sac de couchage, lampe de poche, trousse de toilette, nourriture, etc… Les motivations des participants étaient toutes différentes, mais quatre axes sont principalement ressortis : une envie de retour à la nature, sortir de son confort, refuser les diktats de notre société de consommation, et la peur des attentats ou des catastrophes naturelles.

 

Le premier jour, ils sont tous partis en forêt, au pied du pic de Morgon dans le parc des Ecrins. Ils y ont abordé la partie théorique de la survie :

  • La pyramide de Maslow : quels sont les besoins et les priorités de l’être humain, et les ressources nécessaires à sa survie.
  • Les premiers secours : doit-on emmener le blessé ou le laisser sur place ?
  • Les plantes comestibles : les reconnaître, savoir si une plante est comestible ou pas.
  • Se défendre : gérer un membre du groupe en difficulté, une crise, se retrouver face à un animal sauvage.
  • La valeur de l’eau : apprendre à la filtrer, à la faire bouillir, à la récolter.
  • S’orienter et se faire repérer par les secours.
  • Apprendre à se créer un abri : faire des nœuds solides et efficaces, faire du feu.

 

Le deuxième jour,  l’instructeur leur a annoncé qu’ils avaient 10 secondes pour prendre 3 objets dans leur sac, et que ce serait tout ce qu’ils auraient pour les 30 heures à venir, sans nourriture ni eau. Il allait falloir se débrouiller avec ce que la nature a à offrir. Thomas qui est plutôt vaillant et sportif, s’est vite aperçu que son corps est comme une pile, et que sans nourriture, pas d’énergie… Le groupe a donc pu mettre en pratique les apprentissages théoriques de la veille : trouver de l’eau, transporter un (faux) blessé sur deux kilomètres avec une civière fabriquée avec les moyens du bord, faire du feu, construire son abri de fortune et dormir sans couverture.

 

Le troisième jour, l’instructeur est arrivé avec croissants, pains au chocolats, pain et confiture, et le groupe n’avait jamais autant apprécié un tel festin. La valeur d’un bon repas, le plaisir de boire une eau propre et fraîche. Ils ont pu valider les acquis des deux jours précédents et débriefer sur le sujet. En fin de journée retour au bercail !!!

 

Son bilan? Une vraie découverte sur lui-même et sur ses limites physiques et psychologiques, une envie d’en apprendre encore plus, de belles rencontres humaines. Un retour aux valeurs essentielles : la chance d’avoir de l’eau potable qui coule du robinet, un bon lit, de bons repas, des plaisirs simples.

Vivement la prochaine aventure de Thomas !!!

3 thoughts on “Le stage de survie de Thomas

  1. Tro mimi thomas, t celib hihi, au pir son copin ki ressemble à Fabien barthez et crakan ossi. Je veu de l’avanture moa aussi et rencontré d gro oursse lol kiss

  2. Quelle superbe aventure. J’ai moi même esquissé un beau rictus en voyant les crétineries que vous avez pu accomplir ensemble. Est-il vrai que le “Pierre” en question a du boire son urine avec Kubor dilué pour pouvoir espérer passer cette seconde nuit horrible ?
    @ + les Indagnia Jaunes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free