Les bienfaits du jus d’herbe bio

Première chose à savoir : le jus d’ « herbe » ne désigne pas de la pelouse, mais des céréales ! Pour en obtenir, il faut planter des grains germés (blé, orge, seigle…), les cultiver et les récolter lorsqu’ils ont atteint l’état de jeunes pousses (15 à 20 cm pour le blé, 8 à 10 cm pour l’orge). Ensuite, il y a deux solutions pour extraire le jus : mâcher les jeunes pousses puis recracher la pulpe, ou s’aider d’un extracteur de jus à faible vitesse de rotation pour préserver au maximum les minéraux et les enzymes vivantes.

Il faut savoir que les jeunes pousses regorgent de nutriments bons pour notre santé. C’est lorsque la plante est en pleine croissance que son potentiel en nutriments se développe. Les jeunes pousses sont donc chargés en polyphénols, vitamines et autres antioxydants. A l’arrivée, les jus sont de véritables atouts santé et vitalité : ils sont riches en vitamines A, B, C et E, en minéraux, en oligo-éléments (fer, potassium, magnésium…), en acides aminés et en chlorophylle, une plante qui améliore le système vasculaire, la régénération des cellules et la digestion.

Le jus d’herbe de blé est, par exemple, très chargé en chlorophylle (70%). Il est donc particulièrement recommandé dans les cures détox. De son côté, le jus d’herbe d’orge apporte un antioxydant très puissant et contient de la vitamine K (pour la coagulation sanguine). Son jus est plus amer (le jus d’herbe de blé est plutôt sucré).
Dans tous les cas, il est important de choisir votre jus d’herbe bio. Vous aurez ainsi un produit sans pesticides, sans OGM ou autre additif.

Le jus d’herbe, pour qui ?
Ces boissons peuvent être consommées par tous, à l’exception des femmes enceintes. Elles sont particulièrement adaptées aux végétariens, aux sportifs, et aux personnes anémiées ou souffrant d’un système immunitaire déficient. Bien sûr, il faudra adapter la quantité ingurgitée à votre activité et à la qualité de votre alimentation. Globalement, il est recommandé de boire 1 à 2 cuillères à café par jour, dans un verre d’eau, et de préférence 20 minutes avant le repas (ou 2 heures après, pour que l’estomac soit vide). Pour une première utilisation, commencez par de petites doses que vous augmenterez au fur et à mesure.

Où trouver du jus d’herbe ?
– Première solution : vous procurer des graines à germer, comme celles proposées par la marque Debardo, et les faire pousser chez vous. C’est alors très facile de transformer la jeune pousse en jus : adoptez un extracteur de jus !
– Deuxième solution : acheter du jus d’herbe en poudre
– Troisième solution : tester le Green Magma, un complément alimentaire naturel sous forme de comprimés. Il est composé de jus d’herbe déshydraté (obtenu par une évaporation de l’eau qui ne dépasse par 39°C), de la maltodextrine de maïs (pour le conserver) et de la farine de riz (pour le rendre soluble). Les enzymes du jus sont ainsi préservées. Vous trouverez plus de renseignements auprès de la marque Celnat.

Un peu d’histoire
Retour dans les années 30, aux États-Unis. Le nutritionniste Charles Schnabel est l’un des premiers à comprendre l’intérêt nutritionnel des jeunes pousses : il réussit à soigner ses poules grâce au blé en herbe. Ensuite, c’est Ann Wigmore qui s’y intéressa. Ses recherches révélèrent qu’un kilo d’herbe de blé fraîche était équivalent à près de 2,3 kg des légumes. Enfin, vint le pharmacien japonais Yoshihide Hagiwara. Il étudia le jus d’herbe après s’être fortement intoxiqué aux métaux lourds. Dans les années 1950, il découvrit que le jus d’herbe d’orge était le plus complet, et fournissait le plus de nutriments essentiels parmi 200 plantes différentes analysées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free