Les espaces verts, source de bien-être

Habiter près d’un espace vert rend-il plus heureux ? Si la réponse parait évidente, encore trop peu de données scientifiques venaient à le prouver. C’est désormais chose faite grâce à une étude menée par le psychosociologue britannique Mathew White (1).

Réalisée auprès de 10 000 personnes sur une durée de 20 ans, l’étude des chercheurs britanniques de l’université d’Exeter met en avant le bien-être indéniable procuré par les espaces verts sur les riverainsLa proximité avec la verdure équivaudrait même à un tiers du bonheur apporté par un mariage ou un dixième du bonheur que procure une embauche ! Publiée en avril dernier dans la revue Psychological Science, cette étude souligne également le bénéfice cumulé potentiel au niveau de la communauté, et met en évidence l’importance des politiques pour protéger et promouvoir les espaces verts urbains pour le bien-être.
 

Ces chiffres ne sont pas surprenants lorsque l’on connait le besoin de vert exprimé par les Européens. En effet, selon la dernière enquête Unep-Ipsos 2013 « Jardins et espaces verts : l’exception culturelle française ? », près de 7 Européens sur 10 choisissent leur lieu d’habitation en fonction de sa proximité avec un espace vert. Si les Français ont conscience depuis longtemps des bienfaits écologiques des espaces verts, puisque pour 1 Français sur 2 les jardins sont avant tout bons pour l’environnementleurs bienfaits sur la santé sont désormais également reconnus et mis en avant. 

Ainsi, qui n’a pas expérimenté la sensation d’apaisement que procure un bel espace vert ? La joie de mettre les mains dans la terre et la fierté de réussir à faire pousser ne serait-ce qu’un pied de tomate ? Oui, les jardins nous font du bien, souvent bien plus qu’on ne l’imagine. Le jardinage stimulent les sens, les émotions, la mémoire, diminuent le stress… C’est d’ailleurs ce que postule l’hortithérapie, une thérapie d’appoint qui mise sur les bienfaits tant physiques que mentaux du jardinage. De plus en plus développée en France, elle permet de voir fleurir les jardins thérapeutiques dans les hôpitaux et les maisons de retraite, notamment dans la prise en charge de maladies comme Alzheimer, l’autisme et l’hyperactivité. Pour les patients, on observerait une diminution de la durée d’hospitalisation et une moindre consommation d’antalgiques.   

A lire : "Quand jardiner soigne", éditions Delachaux et Niestlé, Denis Richard, 19.30 euros. Ce livre présente une nouvelle manière de se soigner ou de se maintenir en bonne santé : se mettre au vert. 

(1) Psychological Science – Avril 2013, « Would You Be Happier Living in a Greener Urban Area? A Fixed-Effects Analysis of Panel Data ». 

Crédit photo : © Dmytro Smaglov – Fotolia.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free