Les haricots Azuki se mangent aussi en dessert !

Dans la famille des légumineuses, je demande le haricot Azuki ! Parfois appelé “soja rouge”, le haricot azuki est principalement cultivé en Asie orientale pour ses graines comestibles, bien qu’on en trouve désormais aux Etats-Unis et en Italie. Le plus connu est une graine rouge, mais il en existe de différentes couleurs : blanc, noir, tachetés ou encore gris. Domestiqué en Asie environ 1000 av. J. C., c’est la variété de haricots rouges la plus consommée, tant en cuisine qu’en pâtisserie asiatique.

Ces petits haricots, en plus d’être succulents, ont de nombreux bienfaits pour la santé. Ainsi, 100 g d’haricots Azuki contiennent :

  • 20,7g de protéines
  • 0,5 g de lipides
  • 67 mg de calcium
  • 305 mg de phosphore
  • 5,2 mg de fer
  • des vitamines : B1, B2, B3, B5, B6 et B9 ;
  • des antioxydants.

On y trouve aussi 4,9 g de fibres de deux sortes :

  • Des fibres solubles qui aident à stabiliser le taux de cholestérol, de glucose et d’insuline.
  • Des fibres insolubles qui aident au bon fonctionnement des intestins.

A noter :  les haricots mungo et les haricots azuki sont, avec les lentilles, les légumineuses qui se digèrent le mieux.

Pour les consommer, il faut les faire tremper une nuit dans l’eau froide, comme pour la plupart des légumineuses, afin de réduire le temps de cuisson. Portez-les ensuite à ébullition, une première fois, puis changer l’eau et faire cuire à feu doux 45 mn à 1h,  pour des haricots azuki savoureux et plus digestes.

Dans la cuisine asiatique, ces haricots sont pratiquement toujours consommés avec du sucre, tels quels ou en purée, avec une pâte plus ou moins consistante. On trouve toutes sortes de déclinaisons de recettes. Je vous en propose aujourd’hui deux qui sont adaptées de ces recettes ancestrales.

 

La pâte à tartiner d’azuki ou Anko :

Faire tremper vos haricots au moins 8 heures et jeter l’eau. Placer vos 200 g d’Azuki dans environ 70 cl d’eau , et laisser cuire 45 mn à 1 heure, jusqu’à ce que vous puissiez écraser un haricot entre vos doigts. Égoutter, puis ajouter le sucre et le sel sur le feu en remuant énergiquement. Votre Anko est prêt. Si vous souhaitez une pâte bien lisse, il faudra utiliser un chinois ou un presse purée afin d’éliminer les morceaux.

Vous pouvez ajouter selon vos goûts : du chocolat, ou encore du gingembre râpé, du jus de citron, une purée d’oléagineux, de la cannelle ou de la vanille, etc…

Le fondant choco/azuki :

Préchauffer votre four à 180°C, et chemiser le moule. Faire fondre le beurre et le mélanger avec le lait d’amande, les jaunes d’oeufs, l’Anko, le bicarbonate et les grains de vanille. Tamiser la farine et la poudre de cacao sur la préparation, et mélanger jusqu’à obtention d’une pâte lisse. Monter les blancs en neige et intégrer délicatement à l’appareil. Verser la préparation en moule et enfournez 30 à 40 minutes à 180 °C. Laisser refroidir avant de déguster.

Avant d’enfourner vous pouvez mettre le topping de votre choix : éclats de noix ou de noisettes, amandes effiléespépites de chocolat, etc…

 

Avez-vous déjà dégusté des haricots sucrés ? N’hésitez pas à me laisser vos impressions et vos propres recettes en commentaire !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free