Les purées d’oléagineux : les alternatives lipidiques

Tout le monde connaît le beurre de cacahuètes, certainement la plus « célèbre » des purées d’oléagineux ! Très prisé aux USA, le fameux sandwich-beurre de cacahuètes-confiture peut se décliner à volonté, le saviez-vous ?

Je vous explique comment tirer le meilleur de ces produits qu’on hésite parfois à mettre dans le caddy, faute de savoir quoi en faire de retour à la maison.

 

Les purées d’oléagineux : où et comment les trouver ?

Les oléagineux constituent la famille des végétaux dont on peut extraire de l’huile (oleum en latin). Les graines oléagineuses sont les « embryons » des plantes alors que les fruits secs oléagineux se reconnaissent grâce à leur coquille épaisse.

Dans cette famille, on retrouve :

Les noix telles que les amandes, les noisettes, les noix de Grenoble, de cajou, du Brésil, de pécan, de macadamia, de coco…

Les graines de tournesol, de courge, de sésame, de lin, de colza… Mais aussi les pignons de pin, les pistaches et les olives.

L’arachide et le soja sont des légumineuses mais il est possible d’extraire leur graisse.

Les purées se présentent sous forme de pot, généralement en verre, à l’exception de certaines marques de beurre de cacahuètes qu’on trouve au supermarché. Nombreuses sont celles qui répondent à l’appel : purée de noix de cajou, d’amandes blanches, le tahin (purée de sésame), la pistache, la noisette, … Le choix est vaste en magasin bio, même si on voit apparaître la purée d’amandes dans quelques grandes surfaces, le bio se démocratisant, au même titre qu’il est possible d’y trouver du tofu soyeux ou encore du gomasio.

Les purées, et on peut le vérifier sur l’étiquette, ne contiennent qu’un seul et unique ingrédient : l’oléagineux en question. Point. Aucun ajout de sucre ou d’huile, du moins pour les marques qui misent sur la qualité et le respect du produit brut. Les fruits sont ainsi broyés (à la meule de pierre généralement) pour former une purée riche en huile, une huile qui contient les acides gras insaturés, indispensables à la construction du système cérébral.

Comment les utiliser en cuisine ?

Ces purées s’utilisent dans des recettes sucrées ou salées, ou plus simplement tartinées sur une tranche de pain frais (ou une galette de maïs pour celles et ceux qui préfèrent le croustillant au moelleux).

Il est également envisageable de les incorporer aux recettes que nous avons l’habitude de préparer : la purée d’amandes blanches ou de noix de cajou, assez neutres au goût, sauront ainsi remplacer la matière grasse dans la pâte des gâteaux ; la purée de pistache pourra venir s’ajouter dans le pesto vert fait maison pour une touche de subtilité ; la purée de noisettes peut servir de base à la réalisation d’une véritable pâte à tartiner home made.

Ou encore aider à la préparation d’un dessert gourmand mais néanmoins intéressant d’un point de vue nutritionnel : mélanger (ou mixer) 400g de tofu soyeux, 2 cuillères à soupe de purée de noisettes, 1 cuillère de poudre de caroube et arroser le tout de sirop d’agave. Voilà comment obtenir 4 ramequins de crème dessert en un tour de mains !

Une fois ouvert, le pot se conserve dans le placard de l’épicerie sèche, inutile de le mettre au frais. La seule précaution que vous devez prendre, c’est de bien mélanger, idéalement à la fourchette, le contenu du pot à chaque utilisation pour répartir au mieux l’huile qui a tendance à remonter à la surface.

Du gras, oui mais du « bon gras »

Qui n’a jamais entendu parler des oméga 3 (6 ou 9) ? Bonne nouvelle, les oléagineux en sont riches ! Alors, bien qu’ils soient bons pour la santé (rappelons que notre organisme exige que 40% de ses apports journaliers soient des lipides de qualité), il est parfois difficile de les proposer à l’état brut. Une poignée de noix ou d’amandes pour le goûter est certes une idée nutritionnellement recevable, mais pas toujours vécue comme un véritable moment « plaisir » et gourmand. Je ne parle pas, bien sûr, des cacahuètes à l’heure de l’apéro, qui sont généralement enfouies sous une grosse quantité de sel ! En optant pour une cuillère de purée d’oléagineux généreusement étalée sur du pain, une biscotte (et pourquoi pas tremper une banane à même le pot ?!), on arrive à réconcilier nos papilles et nos besoins quotidiens. Petite astuce : couper des branches de céleri et les dipper dans la purée de noix de cajou … Un délice !

Alors, même si le prix de ces purées est parfois élevé, il reste néanmoins intéressant d’en avoir une ou deux dans le placard de la cuisine. Richesse nutritionnelle, longue conservation, et diversité des usages, vous ne regretterez pas votre achat !

Stéphanie B.

www.la-veganista.fr

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free