De l’hydrogène dans votre assiette ?

L’hydrogénation est un processus par lequel on ajoute de l’hydrogène à un acide gras. L’hydrogénation a été mise au point fin XIXème par des industriels pour transformer des huiles liquides en corps gras semi-solides ou solides afin de pouvoir les transporter facilement, les conserver plus longtemps empêcher leur oxydation et leur rancissement. L’hydrogénation améliore la stabilité des huiles à la chaleur et à l’oxygène. Pour hydrogéner une huile, on fait réagir le corps gras avec de l’hydrogène à température et pression élevées, par catalyse. Le catalyseur permet de  démarrer la réaction, le platine ou le nickel, qui au passage sont des métaux lourds, sont particulièrement efficaces. La source d’hydrogène est principalement du dihydrogène gazeux produit de manière industrielle par reformage d’hydrocarbures (sous l’action de la vapeur d’eau et de la chaleur, les atomes qui constituent l’hydrocarbure se séparent et se réarrangent en dihydrogène (H2) d’une part et dioxyde de carbone (CO2) d’autre part).

Une huile hydrogénée n’a plus de double liaisons, elle est dure et friable à température ambiante, mais le processus d’hydrogénation peut être interrompu à tout moment : l’huile peut être hydrogénée à n’importe quel stade, de son état liquide à son état solide solide. Plus l’hydrogénation est poussée, plus le corps gras est solide. Parce qu’elles transforment les acides gras insaturés en acides gras trans, responsables de l’augmentation du mauvais cholestérol, ces huiles hydrogénées consommées régulièrement augmentent les risques de maladies cardiovasculaires. C’est le principe de fabrication de la margarine, qui est une’huile végétale (ou un mélange d’huiles) solidifiée.

On retrouve donc ces huiles hydrogénées dans de nombreux produits alimentaires transformés : biscuits, viennoiseries, pâtes à tartiner, chips, gâteaux industriels, glaces, margarines, pains, brioches, pâtes à tartes, plats cuisinés (pizza, quiche, gratin dauphinois, hachis parmentier, etc..), yaourts, céréales, snacking, biscuits apéritifs, certains cafés solubles, les huiles solides pour friture, etc… Pour rappel, l’hydrogénation n’est pas un procédé autorisé en alimentation bio, vous pouvez par exemple trouver des produits bio contenant de l’huile de palme, mais celle ci ne peut en aucun cas être hydrogénée !

Mais on retrouve aussi ces huiles hydrogénées dans bien d’autres produits comme les cosmétiques (crèmes, baumes, démaquillants, maquillage), ou encore les produits d’entretien (liquide vaisselle, lessive), ou encore les biocarburants. Nature &Progrès est, à ma connaissance, le seul label qui n’autorise pas les huiles hydrogénées dans les produits cosmétiques et qui a une exigence du bio pour 100% des ingrédients dorigine végétale.

Comment les repérer ?

  • Dans l’alimentation : Huiles, graisses, ou acides gras mentionnés, comme hydrogénés ou partiellement hydrogénés, gras-trans, ou encore shortening ou trans fat (en anglais).
  • Dans les produits cosmétiques : hydrogenated, dihydrogenated, bis-dihydrogenated, squalane, ou encore PEG (nombre)-hydrogenated
  • Dans les produits d’entretien : quasiment impossible à détecter car la composition détaillée n’est pas obligatoire sur ce type de produits.

Comment les éviter ?

  • Privilégier la consommation de produits alimentaires de base, de produits frais et brut, cuisinés à la maison.
  • Privilégier les cosmétiques et produits d’entretien portant le label N&P (Nature & Progrès)
  • Bien lire les étiquettes en faisant vos courses afin d’éviter d’acheter des produits en contenant.

En termes d’impacts santé, l’huile de palme est souvent citée et décriée (voir “l’huile de palme : les enjeux sur la santé”), mais en réalité l’huile de palme vierge est anti-oxydante et contient 15 fois plus de vitamine A que la Carotte. Ses vertus sont très appréciées par les habitants des pays producteurs : bon pour le cholestérol, diminue le stress oxydant, réduit la pression artérielle, etc… En réalité on se rend compte que c’est l’hydrogénation de cette huile et son usage intensif qui en fait une “mauvaise” huile pour notre santé. Je ne parle bien sur ici que de ce qui concerne la santé, il y a bien sur d’autres problèmes liés à l’environnement et aux enjeux sociaux-économiques.

Et vous, consommez-vous des huiles hydrogénées, savez-vous les détecter ?

 

Si vous souhaitez participer à notre référendum sur l’huile de palme, vous pouvez voter ici : https://goo.gl/forms/zrtoUr3NAYKbjRuJ2

2 thoughts on “De l’hydrogène dans votre assiette ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free