Ma cuisine Zéro Déchet : Les courses et la conservation

BILLET ZD VRAC 2

S’il est bien une pièce de la maison productrice de déchets, c’est la cuisine ! En cause, parfois, nos habitudes de consommation, mais aussi et surtout les innombrables emballages utilisés par les industriels pour protéger les denrées alimentaires. S’il est difficile de lutter contre cette pratique, nous pouvons tenter d’être acteurs du changement par le bas, en revoyant notre manière d’acheter puis de conserver ce que nous mangeons. Has been les sacs à vrac et bocaux ? Pas si sûr !

Pour faire mes courses, j’adopte les sacs à vrac !

Si les fervents opposants au plastique ont pu se réjouir de l’interdiction des sacs plastiques au 1er juillet 2016, les mesures prises sont loin d’être aussi drastiques qu’elles en avaient l’air, puisque seuls les sacs plastiques les plus fins (d’une épaisseur inférieure à 50 microns) sont en réalité interdits. La raison ? Très fragiles, ils se déchirent facilement et finissent donc à la poubelle dès nos courses déballées. Nous qui pensions assister à la fin de l’ère du tout jetable, c’est raté !

Néanmoins, contourner cet obstacle est facile, il suffit d’avoir en permanence dans nos petites affaires un tote-bag… Et de refuser gentiment que l’on place nos courses dans des sacs en plastique.

On peut aussi pour les grosses courses se servir d’un bête cageot ou tout autre contenant récupéré pour faciliter leur transport jusqu’à notre véhicule (si toutefois on en a un). En un mot, on pense : réutilisable.

Côté aliments en eux-mêmes, en revanche, ça se complique : on s’imagine mal déballer les denrées alimentaires en plein milieu du supermarché pour ne pas rapporter de plastique chez soi ! Et de toute manière, le mal est fait, puisque tout s’est joué lors du conditionnement…

On préfère donc se tourner vers les supermarchés type Biocoop qui proposent de vastes rayons vrac pour faire le plein de féculents, céréales, fruits secs et oléagineux, chocolat, thé, café en grains ou encore biscuits…

BILLET ZD VRAC 3On lutte ainsi contre le suremballage, choisissant nous-même la taille du sachet, un seul et unique par catégorie d’aliments et le plus souvent compostable et biodégradable !

Mieux encore, certaines enseignes acceptent que l’on utilise nos propres sacs à vrac en tissu, réutilisables à l’infini (ou presque) !

Si pour nous l’achat de sacs à vrac représente un (trop) gros investissement, l’on peut opter pour les lots de 5 sacs en gaze de coton bio de la marque Ah ! Table, disponibles en format 20x28cm (pour les céréales et légumineuses) ou 30x35cm (pour les fruits et légumes) à un prix tout doux (respectivement 2.99 et 3.49 euros).

Et si notre budget est plus conséquent, on peut aussi se tourner vers des marques comme Kufu, dont le nom tire ses racines du concept japonais éponyme consistant à « faire avec les moyens du bord ». Dans cette optique, Kufu propose entre autres des sacs à vrac de toutes tailles et toutes formes réalisés à partir de chutes textiles.

Munis d’une étiquette précisant leur poids afin de faciliter la pesée, ces sacs sont aussi utiles qu’écologiques et esthétiques, et peuvent aussi bien servir à y glisser nos courses alimentaires qu’à ranger de petits objets divers et variés… Ce sont d’ailleurs ceux que j’ai définitivement adoptés pour stocker mes lingettes lavables !

Et pour conserver ? Je me mets au verre ! 

Mais revenons-en à la cuisine : ça y est, on rentre chez nous, content d’avoir évité les écueils des sacs plastiques en caisse et déniché un maximum d’aliments au rayon vrac. Pas question alors de stocker nos aliments… Dans des contenants en plastique !

Si on est habitué à ce type de boites de conservation et que l’on trouve leur format pratique, on peut se tourner vers des marques françaises type Duralex ou Luminarc. J’avais d’ailleurs déjà évoqué ces marques, puisque mon premier pas vers une cuisine moins vorace en plastique avait été de substituer quelques contenants en verre (de ces marques, donc) aux rares boites en plastique qui me restaient encore dans ma cuisine. Ayant entre-temps acquis des bocaux, je m’en sers pour conserver les plats préparés à l’avance ou les restes de repas à consommer dans les jours à venir.

Pour ce qui est des aliments secs achetés en vrac, j’utilise essentiellement des bocaux Le Parfait (et non, le bocal en verre n’est plus l’apanage de nos grands-mères !). Disponibles en plusieurs tailles allant de 0.5 à 2L, ils sont parfaits pour stocker les céréales, légumineuses et autres aliments que l’on peut se procurer en vrac. Mieux encore, on peut s’en servir pour stocker nos plats cuisinés à base de fruits ou légumes frais, comme nos bonnes soupes maison !

BILLET ZD VRAC

Ma petite préférée du moment ? Pour éviter le gaspillage, quand je prépare des plats à base de blancs de poireaux, je cuisine le vert en soupe avec quelques petites pommes de terre et du bouillon cube de légumes (bio et sans huile de palme) : mini budget maxi effet pour cette recette ultra simple et forte en goût !

Attention toutefois, si l’on se sert de ces bocaux pour conserver nos plats cuisinés maison, on pense à changer la rondelle orange en caoutchouc, qui est à usage unique !

Astuce : si notre budget ne nous permet pas d’investir dans des bocaux neufs, il est relativement facile de se procurer des bocaux Le Parfait d’occasion… Ou tout simplement de dénicher des bocaux anciens dans des brocantes ou vide-greniers, si l’on ne s’en sert que pour la conservation des aliments secs !

Et vous, quels sont vos astuces pour limiter le plastique dans votre cuisine ?

@mariongreenweez

Crédit photo : Greenweez.com

 

 

 

9 thoughts on “Ma cuisine Zéro Déchet : Les courses et la conservation

  1. Pour conserver céréales, graines, levure de bière etc, au lieu de recycler les bocaux ayant contenu des denrées, je les réutilise (bocal d’huile de noix de coco, de pois chiches, de miel par exemple).
    Ma dernière fantaisie – mais il faut avoir un peu de temps- le riz dans de jolies bouteilles en verre 🙂

    1. Bonjour !

      Merci beaucoup pour votre retour ! Personnellement, bien qu’adepte de mes bocaux Le Parfait, je garde toujours quelques jolis pots ou bouteilles en réserve également, ça me fend le coeur de tout jeter ! Et c’est aussi utile que décoratif, sans compter que pour le coup, on est vraiment dans une démarche zéro déchet :).

      Belle journée !

  2. J’adore aussi les bocaux en verre Ecodis (avec couvercle en ABS sans phtalate ni bisphénol) pour stocker les lentilles, les graines, les farines, etc. (plusieurs tailles sont proposées sur le site).

    Et découverte récente (mais qu’on ne trouve pas encore sur Greenweez) : le tissu bio imperméable à la cire d’abeille pour remplacer le film étirable (Emballages Bee’s Wrap). 🙂

    1. Coucou Claire !

      Est-ce que tu reçois les newsletters d’Idécologie ? La dernière expliquait justement comment faire son propre bee’s wrap 😉 …

      Belle journée !

  3. A pied, quand on a pas de voiture, celle ci etant très polluante, cenest pas facile d’emporter ses bocaux, ceux ci pesant très lourd. On est obligé d’emballer de toute façon au moins sacs en papier qui utilisent aussi des matières premieres parfois polluantes certes moins que le polyuretane. Ça me fait doucement rigoler quand je vois tout ces gens en 4×4, vehicule tres polluants venir faire leurs courses en magasin Bio( Chacun pour soi )

    1. Bonjour,

      En effet, pour les courses, les sacs à vrac évoqués dans l’article sont plus indiqués que les bocaux en verre utilisés pour la conservation, étant bien plus légers et moins fragiles !

      Je reste à votre disposition si besoin.

      Belle journée 🙂

  4. J’avais essayé pendant un certain temps les bocaux en verre que je réutilisais (les gros avec couvercle vissable) … jusqu’à ce que je me fasse envahir par les mites alimentaires. J’ai alors découvert que ces petites bêtes se glissent aisément dans les interstices des couvercles.d’un paquet de farine contaminé , elles se sont propagées dans tous les bocaux voisins. Seuls les boîtes en plastique hermétiques ont vu leur contenu sauvé. Une actuce contre cela?

    1. Bonjour,

      Je comprends que cela ait pu vous freiner ! Pour ma part avec les bocaux Le Parfait je n’ai pas de souci, je laisse le joint en caoutchouc y compris pour les produits secs pour éviter ce genre de désagréments 🙂 . Je ne sais pas si cela répond à votre question ? N’hésitez pas au besoin !

      Belle journée,

  5. C est sur Que tout cela est parfait mais un petit bemol s impose ! Et les gens qui ont un emploi dans tout ce qui concerne l emballage !Que deviennent ils?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free