Ma salle de bain zéro déchet : Les serviettes lavables

P1060164

Au cours de notre vie, nous les femmes utilisons chacune au moins 10 000 protections intimes. Et ce geste tellement ancré dans notre quotidien n’est pas sans conséquence sur notre santé et notre Planète (Greenpeace considère même l’industrie des protections intimes comme l’une des plus polluantes au Monde !). Que ce soit pour des raisons sanitaires ou écologiques, un certain nombre d’entre nous décident de chercher des alternatives. C’est le cas de Céline, cliente ambassadrice, et moi-même, qui avons décidé de troquer les serviettes conventionnelles contre des serviettes lavables :

Pourquoi avoir choisi les serviettes lavables ?

Céline : Depuis 2 ans environ j’ai décidé d’essayer les serviettes lavables. J’en suis très contente : c’est très confortable, ça absorbe bien, ça ne bouge pas, on les fixe par une pression sous le slip… En deux mots, c’est rapide et facile !

Marion : J’ai d’abord commencé par substituer les protège-slips lavables aux jetables il y a quelques années de cela. Puis, j’ai franchi le cap en passant au tout lavable il y a environ un an. Pour moi, c’était la suite logique de la démarche slow que j’essaye de mettre en place progressivement, que ce soit pour des questions de santé ou d’impact environnemental.

Est-ce aussi hygiénique qu’une autre protection intime ?

Céline : C’est une idée reçue de se dire que les serviettes lavables, ” c’est dégoûtant ” ! Non les serviettes lavables ce n’est pas sale ! Il suffit d’avoir un peu de méthode : c’est une question d’habitude et d’organisation. Je m’y suis très bien habituée alors pourquoi pas vous ! Côté odeurs, il n’y en a pas plus qu’il y en aurait avec une serviette jetable écologique…

Marion : Je rejoins Céline sur ce point. Si l’on a une bonne hygiène corporelle et que l’on change de serviette dès que le besoin s’en fait sentir, comme on le ferait avec n’importe quelle autre protection intime, c’est aussi hygiénique qu’autre chose. Concernant les odeurs, pour ma part j’irais jusqu’à dire qu’il y en a moins qu’avec une serviette jetable.

Les serviettes lavables, comment ça marche ?

Marion :
Comme l’a expliqué Céline précédemment, les serviettes lavables ont la même forme que les serviettes jetables. Au lieu de les coller à notre culotte comme on le ferait avec des serviettes jetables, on en attache les deux rebords l’un à l’autre, sous la culotte, au moyen d’un bouton pression. Pas de difficultés particulières de ce point de vue là, donc.

N’est-ce pas contraignant ?

P1060182Marion : D’un point de vue pratique, à mon sens, il y a deux aspects.

Premièrement, le confort d’utilisation.

J’ai lu que certaines utilisatrices étaient gênées pour la pratique du sport, la serviette lavable bougeant potentiellement un peu, n’étant pas collée à la culotte comme le serait une serviette jetable. Pour autant, pratiquant régulièrement du cardiotraining, je n’ai pas eu à me plaindre de ce type de soucis.

En second, on ne peut pas nier que leur entretien est contraignant, puisqu’il faut nécessairement avoir un point d’eau à disposition. Mais sauf erreur de ma part, c’est également le cas avec la mooncup !

Ce qui nous amène à la question suivante :

Comment entretenir les serviettes lavables ?

Céline : Pour entretenir mes serviettes, je les laisse tremper dans de l’eau froide, sans produit, pendant plusieurs heures. Puis, je les rince suffisamment pour éliminer le plus gros du sang, j’y ajoute éventuellement un agent blanchissant, et je les passe en machine.

Marion : De mon côté, selon le temps dont je dispose, je commence soit par les rincer un peu à l’eau froide pour éliminer le gros du sang, soit à les mettre à tremper dans un peu d’eau froide (dans une bassine avec couvercle, à l’abri des regards). Puis, je verse du percarbonate de soude dans la juste quantité d’eau chaude (40 à 60 degrés pour maximiser l’efficacité du percarbonate) et je laisse tremper quelques heures. Mes serviettes en ressortent immaculées, je n’ai plus qu’à les passer en machine, et hop c’est reparti !

Note: pour éviter que les taches de sang ne se fixent, on fait toujours tremper les serviettes dans de l’eau froide (hormis quand on y ajoute du percarbonate de soude, qui n’est pleinement actif qu’à partir de 40 degrés).

Comment faire lorsqu’on est en extérieur ?


Céline :
Quand je suis en dehors de chez moi et que je sais que je ne pourrai pas me changer, j’utilise des serviettes jetables écologiques.

Marion : Pour ma part, je n’ai jamais été en voyage au moment d’utiliser mes serviettes lavables. Quand je suis en extérieur pour la journée, je me munis d’une pochette imperméable. Certes, ce n’est pas idéal, et cela m’arrive encore de me sentir gênée en public, auquel cas je pense aux raisons qui m’ont poussée à opter pour cette protection intime plutôt qu’une autre.

Pour en revenir aux voyages, je ne sais pas encore comment je ferai si la situation se présente : je suis réticente à l’idée de revenir aux serviettes jetables, même écologiques, et même pour quelques jours. Néanmoins, c’est une idée, tout comme les astuces données par Natasha (Echos Verts) pour entretenir ses serviettes lavables en voyage.

Et au niveau de l’absorption, est-ce similaire à une serviette jetable ?

Céline : Je n’ai aucun souci au niveau de l’absorption.

Marion : Tout comme Céline, je trouve les serviettes lavables suffisamment absorbantes. Néanmoins je pense qu’elles conviennent plutôt à des flux peu abondants à « normaux », sous peine de devoir les changer très régulièrement ou de se sentir mal à l’aise.

Quid de leur impact écologique ?

Céline : Avec les serviettes lavables, pas de déchets, zéro pollution !

Marion : Pour moi les serviettes lavables constituent en effet, suivies de près par la mooncup, la solution la moins impactante pour l’environnement. Certes, la culture du coton nécessite beaucoup de ressources en eau, certes, il faut utiliser un minimum d’eau pour les rincer avant lavage. Néanmoins, une fois achetées, les serviettes lavables ont une durée de vie de plusieurs années, et elles sont compostables (hormis le bouton pression).

Et quand on sait que dans le Monde, nous utilisons 45 milliards de serviettes périodiques par an, cela laisse songeur…

Parlons coût, maintenant :

Céline : Les serviettes lavables reviennent plus cher à l’achat mais vu la quantité de serviettes jetables que l’on dépense à chaque cycle, elles sont amorties en quelques années ! De mon côté j’ai investi dans 9 serviettes, et pour moi c’est suffisant. A vous de faire le calcul en fonction de la quantité qu’il vous faut !

Rappelons que les serviettes jetables bio sont relativement chères : il faut quand même compter dans les 2,50 euros pour 12 serviettes jetables, contre 12 à 18 euros pour une serviette lavable qui va durer des années.

N’est-ce pas un retour en arrière ?

P1060186Marion : C’est vrai, quand on en parle avec nos mamans, voire nos mamies pour celles qui ont la chance de les avoir encore, leur première réaction est la stupéfaction : « comment diable peut-on revenir à une méthode aussi archaïque alors que de nos jours il existe d’autres alternatives » ?

Et en y réfléchissant bien, il y a une dizaine d’années de cela, j’en ignorais jusqu’à l’existence… Et cela ne me serait probablement pas venu à l’esprit de passer aux serviettes lavables alors que j’étais une adepte du tampon, si pratique, si invisible (et surtout, si impactant sur la santé et l’environnement, mais ça, je n’en avais pas encore conscience).Pourtant, au fur et à mesure de mon cheminement écologique, ce choix a fini par s’imposer comme une évidence, même s’il m’a fallu du temps pour sauter le pas. Et maintenant, je ne reviendrais pour rien au Monde en arrière.

Pourquoi ne pas avoir plutôt préféré la mooncup ?

Marion : Tout simplement parce qu’au jour d’aujourd’hui, c’est la protection intime qui me semble la mieux me convenir. Je pense qu’à la question « quelle est la meilleure protection intime ? », il y a autant de réponses que de femmes. D’aucunes préféreront l’aspect pratique des protections intimes écologiques, tandis que d’autres ne pourront concevoir laver leurs serviettes à la main, et d’autres encore seront motivées par des considérations environnementales…

C’est une question très personnelle, et il me semble qu’il n’y a pas de bon ou de mauvais choix : à chacune d’entre nous de juger de ce qui lui convient le mieux. Pour ma part, les serviettes lavables, malgré leur côté un peu contraignant, me conviennent, que ce soit en termes de confort ou d’impact écologique.

Le mot de la fin ?

Céline : J’espère que ce témoignage vous aidera à franchir le pas pour celles qui ont encore quelques réticences !

Marion : Comme Céline, j’espère que notre témoignage permettra à celles d’entre vous qui hésiteraient à passer aux serviettes lavables de sauter le pas. Et si décidément, ce n’est pas pour vous, il existe d’autres solutions qui vous conviendront sans doute mieux : pourquoi pas la mooncup, dont Isabelle, cliente ambassadrice, nous parlera dans les jours à venir ?

Et vous, avez-vous déjà essayé les serviettes lavables ?

@mariongreenweez

Crédit photo : Greenweez.com

3 thoughts on “Ma salle de bain zéro déchet : Les serviettes lavables

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free