Nutrition : 80% des bébés sont carencés en matières grasses

Les résultats de l’étude du SFAE sont alarmants : à 1 an, 80% des enfants ont des apports en lipides inférieurs aux recommandations. Comment l’expliquer ?
Les parents et, plus largement, les consommateurs manquent clairement d’information sur les matières grasses. Ces dernières années, on a consommé beaucoup de mauvais gras, caché dans les plats préparés ou les viennoiseries. Les maladies cardio-vasculaires, en partie liées aux problèmes d’hypertension, de diabète et de cholestérol, ont augmenté jusqu’à devenir la première cause de mortalité au monde (17,5 millions de décès l’année dernière). Dès lors, le gras a été « diabolisé ». Ce contexte alimentaire a conduit les parents à supprimer les matières grasses des assiettes de leurs enfants par peur de les faire grossir. Notre société est devenue lipophobe !

Pourtant, elles sont essentielles à notre bonne santé, surtout chez les bébés…
Oui, les besoins lipidiques des bébés sont 3 à 5 fois plus élevés que ceux des adultes. Ce n’est pas pour rien si le lait maternel est un lait naturellement « gras ». Il est notamment très riche en Oméga-3 et en DHA, 2 Acides Gras Essentiels qui participent à la croissance des cellules, du coeur, de la rétine et surtout du cerveau (le DHA favorise les interconnexions neuronales). Si Bébé est carencé, on imagine donc les conséquences : difficulté d’apprentissage, baisse de la vue, problèmes de sommeil et de concentration… Et paradoxalement, à long terme, le risque d’obésité est augmenté car le corps, longtemps privé de gras, va le stocker plus facilement par peur d’en manquer à nouveau.

Comment changer la donne ?
L’important est de faire comprendre aux parents qu’il faut donner du gras à leur bébé (cela doit représenter 50% de ses apports énergétiques). Mais attention, pas n’importe quel gras. Contrairement aux idées reçues, le beurre ou l’huile d’olive n’apportent pas ce dont nos petits ont besoin car ils ne contiennent ni Oméga 3, ni DHA et pas assez de Vitamine E ou d’Oméga 6. L’idéal est d’associer plusieurs huiles, comme dans l’huile Bio pour bébé de QuinteSens qui mélange 5 huiles végétales complémentaires et de l’huile marine. Ainsi de manière 100% naturelle, elle couvre la totalité des apports en Oméga-3 recommandés (95%) et 90% de ses besoins en Oméga-6. C’est aussi la seule huile naturellement riche en DHA.
Un dernier conseil serait de ne pas hésiter à croiser les avis d’experts puis d’écouter le bon sens. De plus en plus d’études, comme "Inserm 2014" ou "Le manifeste des 1000 premiers jours de vie", confirment ce que l’on sait au fond de nous : tout commence dans l’assiette. Il est prouvé que la nutrition de nos premières années conditionne notre santé, à court terme et tout au long de notre vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free