Polynésie : le cinéma met en lumière ces paradis menacés

Un temps qui fait grise mine et l’attente des vacances ne vous donnent envie que d’une chose : partir au soleil. Grâce à la programmation spéciale de France Ô « Un jour en Polynésie », ce rêve deviendra réalité le 18 décembre. Au programme : 24H à la rencontre d’un surfeur tahitien qui connait les vagues de Teahupoo comme personne, le renouveau du tatouage polynésien, les dernières années de Jacques Brel dans l’archipel des Marquises et bien d’autres trésors à découvrir, dont la célébration de Noël à l’autre bout du monde.

Une programmation particulièrement attrayante, puisque trop rare. En effet, si le film « Mercenaire », de Sacha Wolff, sur la difficile intégration d’un rugbyman wallisien en France, a été primé à Cannes, le travail cinématographique sur les îles du Pacifique Sud a du mal à conquérir la France métropolitaine. Au grand regret de Stéphane Martin, président du jury du 14ème FIFO : « On est dans une partie du monde avec une population peu nombreuse, avec un rapport fort à la nature et même au règne animal. Certains films sont portés sur la transformation des sociétés, avec une culture européenne qui bouleverse les traditions, d’autres sur la non préservation des espaces naturels. Ça donne lieu à des films très différents, avec des angles personnels ». Président du jury, Stéphane Martin, est également le président du Musée du quai Branly – Jacques Chirac, a été membre du jury à quatre reprises. Il attend cette nouvelle édition avec « beaucoup de gourmandise », lui qui découvrait les terres polynésiennes lors de son service militaire, étant alors déjà « touché par le rapport des habitants à leur territoire ».


Un territoire en danger, puisque la Polynésie fait partie des régions du monde les plus vulnérables au changement climatique, compte tenu de la fragilité de ses écosystèmes et de son exposition à l’élévation du niveau de la mer et aux cyclones. « La prochaine COP sera présidée par l’une de ces îles, nous explique Stéphane Martin. C’est un sujet auquel j’aimerais que le FIFO apporte une attention particulière ». Outre l’élévation du niveau des océans, qui menace les archipels du Pacifique, ses récifs coralliens (qui réprésentant 20% des récifs mondiaux), sont menacés par le réchauffement des eaux, l’acidification des océans et les activités humaines.

Un festival à découvrir à la Maison de la Culture de Tahiti, du 4 au 12 février, nourri par 40 films documentaires sélectionnés et 13 courts-métrages de fiction.

Photos : visuels extraits des films “Tatau, le renouveau du tatouage” et “Raimana World” sur France Ô le 18 décembre. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free