Préservez votre bien-être, chassez l’humidité !

Préservez votre maison et votre santé
Respirer, prendre un bain, faire la cuisine… nos différentes activités quotidiennes génèrent de la vapeur d’eau qui se condense au contact d’un point froid.
L’humidité engendre des nuisances non seulement au niveau de la solidité de l’ouvrage mais aussi pour la santé des habitants. Une maison humide développe acariens, moisissures, blattes et d’une manière générale, une mauvaise hygiène. Le risque allergique est réel, tout particulièrement pour les sujets sensibles. Des maladies respiratoires comme les trouble asthmatiques ou la rhinite sont d’autant plus aggravés que le taux d’humidité du logement est élevé.

Le déshumidificateur, qu’est-ce-que c’est ? Comment fonctionne-t-il ?
Un déshumidificateur d’air est un appareil permettant de réduire le taux d’humidité de l’air d’un habitat ou d’une pièce en particulier. Il sert notamment à régler les problèmes de condensation sur les fenêtres et permet de retrouver un air naturel et sain.

On distingue divers modèles, le déshumidificateur électrique ou l’absorbeur chimique.

Le déshumidificateur électrique ou à condensation aspire progressivement l’air humide de la zone concernée, le filtre et le dirige vers un condensateur équipé d’un compresseur qui va transformer la vapeur d’eau contenue dans l’air en eau et l’envoyer dans un réservoir. L’air de la pièce traité petit à petit dans le déshumidificateur va s’assécher au fur et à mesure.

Il existe également des déshumidificateurs dits "à absorption" qui fonctionnent sans compresseur. L’air circule en continu à travers une roue de silicagel, un matériau hygroscopique qui va retenir l’eau contenue dans l’air. L’eau est récupérée dans un bac pouvant selon les modèles contenir 5 à 6 litres d’eau. La roue de silicage permet une utilisation supérieure à 54000 heures soit plus de 6 ans en fonctionnement continu. L’intérêt de ce système est qu’il est silencieux puisqu’il ne possède pas de compresseur bien que certains modèles électriques disposent d’un réglage de volume sonore.

Où placer le déshumidificateur ?
Il est conseillé d’installer l’appareil dans la pièce la plus humide de l’habitat ou à la source de l’humidité (sous-sol, cave…). Il peut être utilisé en continu sur plusieurs semaines, le temps de traiter les causes de l’humidité.

Comment choisir votre appareil ?
Selon vos besoins vous ne choisirez pas le même produit. Il est essentiel de tenir compte de 3 critères principaux que sont :

– Le taux d’hygrométrie souhaité par rapport au taux d’humidité constaté
Les appareils sont plus ou moins puissants selon les modèles. Il est donc important de mesurer le taux d’humidité de la maison ou de la pièce pour orienter le choix d’un appareil. La mesure se fait à l’aide d’hygromètres mécaniques avec cadran à aiguille ou électroniques munis d’écran digital.

– La température de l’habitat : un déshumidificateur sera moins performant à 10°C qu’à 25°C.
Cependant il existe des modèles électriques performants comme le déshumidificateur Stadler Form qui fonctionnent de manière optimale même à basses températures et certains sont équipés d’une fonction chauffage. Ils sont idéaux pour déshumidifier des garages, des caves ou des maisons inhabitées en période hivernale.
Si tel n’est pas le cas, pour optimiser l’action du déshumidificateur, il est recommandé de réchauffer l’air ambiant.

– Le volume de la pièce à traiter
On tiendra compte de la capacité d’extraction du modèle (les plus petits peuvent extraire 0,5 l d’eau en 24 heures, les plus puissants, 100l). Pour des volumes importants il est conseillé de s’équiper de plusieurs petits déshumidificateurs plutôt qu’un seul plus puissant. Ils seront disposés à divers endroits pour offrir une meilleure couverture de l’air humide.

La méthode électrique est plus efficace mais aussi plus onéreuse. Le système chimique (silicagel) est moins coûteux à l’achat mais il nécessite de renouveler les recharges. On réservera le déshumidificateur électrique aux situations les plus humides. Si l’endroit à traiter ne compte que quelques moisissures à l’angle des murs ou des plafonds, le procédé chimique reste largement suffisant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free