Rencontre : Les jouets libres, des jouets pensés différemment pour permettre à nos enfants de penser autrement

MEM001_Livestyle#1

Transmettre à nos enfants des valeurs qui nous sont chères au travers de jouets ludiques (cela va de soi !) mais aussi esthétiques et éthiques, c’est un concept qui laisse rêveur, non ? Et c’est bien ce que nous propose la jeune marque française les Jouets libres depuis 2012. Prenez des jouets traditionnels (qui n’a jamais joué au Shifumi ?), ajoutez-y une touche de modernité, saupoudrez le tout d’un engagement écologique sans faille, mélangez et vous obtenez Les jouets libres. Intrigué(e) ? Julien Guichard, à qui l’on doit cette fabuleuse initiative, a accepté de nous dévoiler un peu plus de cette philosophie qui fait la singularité des Jouets libres :

« Nous souhaitions redonner (aux enfants) un espace de liberté qu’ils n’ont plus forcément dans notre société actuelle »

Pourquoi ce nom, « Les jouets libres » ?

Le nom LES JOUETS LIBRES signifie beaucoup de choses et nous y sommes très attachés.

Lorsque nous avons créé la maison d’édition de jouets en 2012, nous voulions faire en sorte que les enfants se sentent « libres » avec nos créations. Nous souhaitions leur redonner un espace de liberté qu’ils n’ont plus forcément dans notre société actuelle. Par exemple, nous considérons que nos enfants ont assez de règles dans leur quotidien pour ne pas leur en ajouter dans des moments de détente et de jeu. Aussi, nous essayons, autant que faire se peut, de ne pas mettre de règle mais juste des indications de jeu.

C’est le cas de notre gamme RouleTaBille où les enfants vont jouer en fonction de leurs propres expériences et intuitions. C’est d’ailleurs surtout déstabilisant pour les parents mais pas pour les enfants !

Quelle est la philosophie que vous souhaitez transmettre à nos enfants via Les jouets libres ?

L’idée repose sur la confiance et la responsabilisation. Nous considérons l’enfant à chaque stade de son développement. L’enfant va trouver un nouveau plaisir car il va participer à la création de « notre » produit qui va devenir « son » jeu.

Nous avons par exemple un système d’autocollants sur certaines de nos pièces en bois, qui permet à l’enfant d’avoir le sentiment de construire son propre jeu, en plus de développer des notions de motricité fine et d’amusement.

Nous avons également une gamme de jeux dans des pochons, qui repose à la fois sur une notion d’eco-design, puisque le packaging se transforme en support de jeu et sac de rangement, et également sur une notion de liberté : avec le sac de rangement, l’enfant va pouvoir jouer partout où il le souhaite, ce qui va créer un lien affectif entre l’enfant et « son » jeu.

Pour que nos enfants puissent penser autrement, faut-il nous-même leur proposer des jouets que l’on aura pensés différemment ?

Nous nous inspirons beaucoup du Design et de l’Art dans nos créations. Nous essayons de proposer à l’enfant des formes singulières et originales qu’il ne verra pas ailleurs.

C’est parce que nous considérons l’enfant que nous sommes convaincus qu’il peut être sensible au design, et ressentir des nouvelles émotions.

C’est la raison pour laquelle, par exemple, dans notre gamme RouleTaBille, une même forme peut devenir à tour de rôle une quille de bowling, un poney ou une cage de football.

« Un jeu ou un jouet a un impact sur la Planète… Que nous allons transmettre à nos enfants »

bois

Penser différemment les jouets, c’est aussi associer les enfants à votre démarche, en les sensibilisant à la préservation de notre éco système. Est-ce quelque chose que vous souhaiteriez développer ?

C’est au cœur de notre réflexion !

Nous avons déjà été contraints de ne pas produire une idée car nous ne pouvions pas la produire de manière durable. Nous ne concevons, ni ne comprenons d’ailleurs, que les jouets ne soient pas issus du développement durable. Un jeu ou un jouet est un produit manufacturé, il a donc un impact sur la planète … que nous allons transmettre à nos enfants.

Mais à partir du moment où ce produit est à destination de ces mêmes enfants, comment peut-il avoir un impact négatif sur l’environnement ?

C’est impensable à notre niveau. Cela devrait être rendu obligatoire, sous forme de norme, pour la fabrication de jouets. Si nous n’avons pas encore l’appui des pouvoirs publics sur cette question, les consommateurs peuvent nous y aider en privilégiant les acteurs du développement durable.

Aujourd’hui, un enfant seul n’a pas la capacité de demander des produits qui ont ces caractéristiques. Il n’a pas cette lecture. Aussi, nous nous appuyons sur les parents et les grands-parents pour faire en sorte de transmettre ces valeurs.

Lorsque nous intervenons directement auprès des enfants, nous leur expliquons notre démarche globale et sommes toujours aussi surpris de voir leurs réactions comme s’ils souhaitaient être acteur de ce changement. C’est aussi notre source de motivation.

Pour pouvoir satisfaire vos exigences en termes d’éco design, vous avez mis en place une charte. Pouvez-vous nous en dire plus ?

machine_bille

Notre charte repose sur plusieurs sur plusieurs aspects :

Le premier est d’utiliser les matériaux les plus écologiques possible dans leur catégorie.

Même s’il n’existe pas –encore- de normes pour les jouets écologiques, nous sélectionnos nos matériaux uniquement sur leur critère de qualité mais surtout ils doivent respecter nos exigences en matière d’écologie :

  • Le bois et le papier sont issus de forêts gérées durablement,
  • Nous n’utilisons que du carton recyclé,
  • Le coton est biologique,
  • Les encres sont non toxiques,
  • La laine est naturelle
  • Etc …

Le second traduit notre volonté de réduire notre empreinte carbone.

Ainsi, nous choisissons nos fournisseurs en privilégiant l’aspect local et la proximité. Notre préférence va aujourd’hui vers l’Est de la France où sont basés nos fournisseurs de bois du Jura.

Enfin, le dernier est notre objectif « zéro-déchet ».

Nous y sommes très attachés car cette contrainte est omniprésente tout au long de la conception de nos nouveaux projets. Cette contrainte est un en fait un formidable atout car c’est elle qui nous a poussé à imaginer notre gamme de jeux en pochons qui fait aujourd’hui notre singularité.

Ces exigences que vous vous imposez rendent-elles la conception de nouveaux jouets plus compliquée ?

C’est effectivement plus difficile au quotidien mais c’est tellement créateur de diversité et d’originalité ! Parce que notre cahier des charges est contraint et différent des autres marques, nous réussissons à proposer une offre originale et nouvelle. Lors des phases de conception de nouveaux jeux, cela pousse à réfléchir différemment, à aller plus loin. Nous avons de nombreux projets en suspens car notre cycle de création est généralement plus long, les solutions n’étant généralement pas évidentes à mettre au point. Et nous ne ferons jamais de renoncement sur ces aspects là !

Le jouet de demain ? Un jouet éthique et local, traditionnel mais moderne

WOO002_Livestyle#3

Pour vous, le jouet de demain sera éthique et local, traditionnel mais moderne. Vous pensez donc que cette démarche d’éco design sera amenée à se généraliser dans le secteur des jouets ?

C’est aujourd’hui effectivement notre marque de fabrique. Si nous avons fait le choix de produits alliant modernité et tradition pour promouvoir des jouets « authentiques », nous n’imaginons pas que le marché du jouet puisse se développer autrement que de manière « éthique ». C’est simplement une question de bon sens.

Si nous pouvions être aidé par les pouvoirs publics, cela permettrait d’accélérer le mouvement mais paradoxalement, le marché du jeux et jouets, avec de plus de 3 milliards d’euros annuels dont 70% provient de Chine, ne passionne pas les politiques…

Plus généralement, vous êtes convaincu que dans quelques dizaines d’années, les productions – de jouets, mais pas que – redeviendront nécessairement locales. Pourquoi ?

Par la force des choses : si la production devient éthique, celle-ci va imposer des contraintes environnementales et sociétales au niveau des salaires notamment, qui vont faire que les productions « locales » (dans un premier temps au niveau de l’Europe) redeviendront efficientes.

Lorsque nous avons créé Les Jouets Libres, nous imaginions pouvoir fabriquer nos produits sur chaque continent pour servir les marchés locaux en nous adaptant au contraintes locales comme le choix des ressources ; nous imaginions proposer des sacs en coton aux Etats-Unis ou en Asie et en Lin en France.

Ce rêve ne nous est pas encore accessible mais nous ne le perdons pas de vue !

_AK12047

Un grand merci à Julien Guichard de nous avoir ouvert les portes, le temps d’un instant, de son Monde dans lequel l’on se verrait bien rester… Pour ma part, en tout cas, je suis conquise, et j’espère de tout cœur que cette philosophie va se généraliser ! Pas vous ?

@mariongreenweez

Crédit photo : Les Jouets libres

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free