Bicarbonate de soude ou de sodium ?

Cristaux de soude, bicarbonate de soude, bicarbonate de sodium, lessive de soude, soude caustique, percarbonate… Vous n’arrivez plus à vous y retrouver ? Quelle est donc la différence entre tous ces produits ? D’où viennent-ils et à quoi servent-ils ?

Le sodium (Na)

Le sodium est un métal mou, réactif avec point de fusion faible. Très abondant dans la croûte terrestre, le sodium est aussi le deuxième élément présent dans l’eau de mer, dans les lacs salés et l’eau de source minérale. Les sels de sodium présents dans la nature sont :

  • Le sel de roche (chlorure de sodium),
  • la soude caustique (hydroxyde de sodium),
  • le borax (borate de sodium),
  • le conservateur E251 ou salpêtre du Chili, utilisé comme conservateur (nitrate de sodium)
  • le détergent (sulfate de sodium)
  • le bicarbonate de sodium E500 (hydrogénocarbonate de sodium)
  • Les cristaux de soude (carbonate de sodium)

Le sodium est un composé de beaucoup de produits alimentaires, comme le sel commun. L’Homme en a besoin pour maintenir l’équilibre hydrique de son organisme et pour le fonctionnement des muscles et des nerfs. L’excès de sodium entraîne par contre des risques d’hypertension artérielle, et un dysfonctionnement des reins.

 

La soude ou Hydroxyde de sodium (NaOH) :

On l’appelle aussi soude caustique, qui se présente la plupart du temps sous forme de paillettes ou de billes blanches à l’aspect légèrement translucide. Cette base forte (par opposition à un acide) est un produit extrêmement corrosif. On trouve cette soude sous forme diluée, c’est la lessive de soude, qui est vendue comme déboucheur de canalisations, produit de nettoyage ou de décapage. C’est la base minérale la plus utilisée dans le monde, que ce soit dans l’industrie (fabrication de savons, de pâte à papier, de l’aluminium, traitement des textiles, etc..), dans l’industrie agro-alimentaire (additif alimentaire E524, régulateur d’acidité), ou encore en laboratoire d’analyse ou dans l’énergétique.

Les effets sur la santé et l’environnement peuvent être très graves, la soude étant extrêmement corrosive, dès 0,5 % de concentration. La soude caustique est très corrosive pour la peau, les yeux, et les voies respiratoires. La soude caustique augmente le potentiel Hydrogène des cours d’eau, et est donc potentiellement une menace pour la faune et la flore aquatiques, elle s’infiltre dans le sol et est nuisible pour les nappes phréatiques ainsi que pour les végétaux et les animaux.

 

Le bicarbonate de sodium ou hydrogénocarbonate de sodium (NaHCO3) :

Le bicarbonate de sodium peut provenir de gisements naturels de natron, mais il est plus souvent “récolté” en traitant les eaux saumâtres productrices de ce minerai.

Les Égyptiens connaissaient déjà la poudre blanche que forme le bicarbonate de soude, le natron était en effet utilisé pour les rituels d’embaumement. Cette poudre plus ou moins pure, apparaissait lors de l’évaporation des lacs salés. Ils l’utilisaient également pour se brosser les dents ou pour purifier leurs habitations.

En 1791, Nicolas Leblanc, chimiste français, crée artificiellement du carbonate de sodium, le raffinage industriel du carbonate de sodium qui permet d’obtenir du bicarbonate de sodium à lui été mis au point en 1846 par deux boulangers new-yorkais : J.Dwight et A. Church.

Sans danger pour l’environnement, ni pour la faune et la flore, le bicarbonate a de très très très nombreuses utilisations : comme produit d’hygiène, en cuisine, comme produit ménager, etc…

Mais alors, quelle est la différence entre le bicarbonate de sodium et le bicarbonate de soude ?

Et bien la réponse est : aucune !!! Le nom exact est bien bicarbonate de sodium, qui par extension dans le langage courant s’est transformé en bicarbonate de soude (peut-être le baking soda…) ou tout simplement en bicarbonate.

Les seules différences existantes sont dans les grades de bicarbonate :

  • Alimentaire : il est utilisable en alimentation mais aussi comme produit d’hygiène, ou comme produit cosmétique. C’est le moins cher et il est polyvalent.
  • Technique et/ou cosmétique : son utilisation se limite aux tâches ménagères, car il est moins pur que le bicarbonate alimentaire, et beaucoup plus abrasif.
  • Pharmaceutique : à usage médical, c’est le plus pur car il a subi de nombreuses opérations de raffinage. Ce sera aussi le plus onéreux, même s’il est très polyvalent.

 

Les cristaux de soude :

Comme le bicarbonate de sodium, ces cristaux sont issus du natron, aujourd’hui synthétisés à partir de sel et de craie, par le procédé Solvay (du nom de l’inventeur). Il ne faut donc pas confondre les cristaux de soude avec la soude caustique ou encore avec le bicarbonate de sodium. Il s’agit bien de carbonate de sodium. Sans impact sur l’environnement, les cristaux de soude sont cependant plus irritants pour la peau et les muqueuses. Le port de gants est donc recommandé.

Le percarbonate de soude :

Le percarbonate de soude est issu d’un mélange de carbonate de sodium et d’eau oxygénée. Une fois dissous dans l’eau, d’un côté le carbonate de sodium (ou “cristaux de soude”) dégraisse et augmente le pH de l’eau, et d’un autre côté, l’eau oxygénée  blanchit et désinfecte.

Sans danger pour l’environnement, le percarbonate de soude est très efficace sur les taches organiques. Il sera idéal comme complément à votre lessive écologique pour le blanc, comme détachant avant lavage mais aussi pour la vaisselle, pour éliminer les taches et faire briller. Son pH alcalin lui permet d’adoucir l’eau, d’accroître l’efficacité des agents nettoyants et de dissoudre des matières grasses. Il s’utilise également aussi pour éradiquer les moisissures et pour dégriser pour le bois des bardages, des terrasses et/ou des meubles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free