The Place to Bio, les bonnes adresses du goût durable

Fiabilité et référence The Place to bio, c’est depuis avril 2014 et après deux années de préparation, un annuaire en ligne de restaurateurs engagés en gastronomie durable. La démarche a été initiée par Julie Coignet (My Green ID, agence de marketing digital spécialisée dans l’accompagnement des entreprises responsables) et l’agence Ô Bob (production de contenu au sujet de l’environnement et du bio), pour constituer le guide le plus complet des tables bios en France. Mélanie Laurent, qui prépare pour 2015 le film Demain, en est la marraine de prestige.

Lisibilité et variété
Qu’ils proposent une carte bio ou à base de circuits courts, des menus sans gluten ou sans lactose, végétaliens, locaux ou saisonniers, les restaurateurs se retrouvent mis en fiches dans cette bible du goût durable. Agrémentée de mignons pictos et d’indications de prix, leur offre est consultable d’un seul coup d’…il, d’autant plus facilement qu’ils sont localisables sur une carte, via un moteur de recherche.

Indépendance et palmarès 2014
La sélection, effectuée après enquête individuelle sur la part réelle de plats « maison » proposés, est croisée avec l’annuaire de l’Agence bio, gage de qualité et de fraicheur du produit brut. Les internautes peuvent suggérer leurs propres trouvailles – qui seront vérifiées – et même voter lors des prix annuels.
Pour la première fois cette année, six prix ont en effet été décernés par le site : créativité culinaire, concept durable, locavore, veggie, coup de c…ur des internautes et prix du jury. De Strasbourg à Monte-Carlo, et de l’Ille-et-Vilaine à la Drôme, les heureux élus sont estampillés adresses « responsables » et méritent assurément une visite.

Le bio n’est plus bobo
75% des Français ont mangé bio en 2013, et près d’un Français sur deux privilégie une alimentation bio de manière régulière. Parmi eux, on distingue les « bio-occasionnels » (moins d’une fois par mois), puis les « bio-mensuels », « bio-hebdos », « bio-quotidiens ». La part des « non-consommateurs » est en baisse régulière depuis 2012 (25% aujourd’hui contre 36% il y a deux ans). De même, le nombre de nouveaux consommateurs est en hausse régulière : 10%, puis 15% et 28% entre 2012 et 2014. Le bio, c’est clair, a le vent en poupe.

Qu’est-ce qui pousse au bio ?
On mange bio d’abord pour préserver sa santé et retrouver le vrai goût des aliments, deux excellentes raisons citées en priorité dans les enquêtes. Viennent ensuite la sécurité sanitaire et la protection de l’environnement. Associée à une activité physique minimale, une alimentation saine et équilibrée réduit en effet les risques de diabète, de maladies cardiovasculaires (première source de mortalité en France), de certains cancers et, évidemment, de prise de poids.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free