Tout savoir sur le lait en poudre bio pour bébé

Retour dans les années 1860. C’est à cette période qu’apparait le premier aliment infantile, une farine lactée à base de lait de vache et de céréales. Elle est imaginée par un certain Henri Nestlé, un pharmacien. Pour voir apparaître le lait en poudre tel que nous le connaissons, il faudra attendre quelques années. Car c’est en 1908 que l’industriel Maurice Guigoz met au point le premier lait infantile. Sa méthode ? Faire chauffer le lait sous vide et à basse température pour le dessécher. On pourra ensuite le reconstituer avec de l’eau, ce qui n’enlèvera rien à ses qualités nutritionnelles et ses vitamines.
Depuis, bien du chemin a été parcouru. On trouve aujourd’hui des laits diététiques (pour un bon transit, contre les régurgitations ou les allergies…), et variés (lait de chèvre, sans gluten, sans huile de palme…). Les premières préparations bio, elles, sont apparues dans les années 90, avec des marques comme Hipp, Holle ou Premibio.

Pourquoi est-il essentiel de choisir un lait en poudre bio ?
Le lait bio répond aux règles très strictes de l’agriculture biologique : les animaux doivent être nourris avec de l’herbe, sans hormones ou OGM, ils ne peuvent être soignés aux antibiotiques, et l’usage de pesticides ou d’engrais sur les plantes est interdit. Résultat : la qualité et les bienfaits du lait ne sont que meilleurs. Certaines études ont par exemple montré que les produits biologiques contenaient plus d’oméga-3, des acides gras nécessaires au développement du corps.
Avec un lait en poudre bio pour bébé, on évite aussi l’aluminium, un métal toxique pour le corps humain. Les produits sont garantis sans aluminium ajouté ou en provenance de l’emballage (les boites utilisées sont en fer, recouvertes d’un vernis alimentaire garanti sans phtalate ni BPA).
Choisir un lait en poudre bio, c’est aussi éviter les scandales de ces dernières années. Souvenez-vous en 2008 en Chine, plus de 300.000 enfants étaient tombés malades à cause d’un lait frelaté. De la mélamine avait été ajoutée dans le lait pour lui donner davantage de consistance et augmenter le niveau de protéines. Mais ce produit chimique n’était pas sans conséquence sur les plus petits : certains ont développé des calculs rénaux fatals. Avec le bio, rien de tout cela.
Pour bien choisir votre lait en poudre, fiez-vous au label « AB », garant d’un produit issu de l’Agriculture biologique.

Quel lait choisir ?
Le lait de vache, c’est le lait le plus consommé en France. Riche en vitamines B2 et B12, il couvre tout particulièrement les besoins des nourrissons, et contribue à la croissance. Mais problème : certains bébés montrent des signes d’allergie aux protéines de lait vache (poussée d’urticaire, malaise, mauvaise prise de poids, sang dans les selles…). Il faut donc les remplacer par un lait de chèvre ou de brebis. S’ils ont chacun leurs spécificités, tous apportent une bonne dose de phosphore, de potassium, d’oligo-éléments (zinc, iode, sélénium…) et de vitamines.

Le lait de chèvre ou de brebis
Sources de calcium et de magnésium, les laits de brebis et de chèvre ont un goût plus prononcé que le lait de vache. Le lait de brebis est aussi plus riche en lipides, en protéines, en calcium, en phosphore, et vitamines A et D que celui de vache.

Le lait sans gluten
Pour limiter les risques de développer une allergie, certains fabricants proposent des laits sans gluten (une protéines issue des céréales). Sur la liste des ingrédients : du lait de chèvre, de la farine de riz, et des maltodextrines de maïs. Ces préparations sont riches en protéines, en vitamines naturelles et ont un apport glucidique plus digeste.

Le lait sans huile de palme
L’huile de palme n’a pas bonne presse, car sa culture accélère la déforestation, et sa consommation excessive à l’age adulte augmente le risque de maladie cardio-vasculaire. Mais un nourrisson a des besoins nutritionnels différents, et ces acides gras lui sont essentiels. D’ailleurs, l’acide palmitique est naturellement présent dans le lait maternel (23% des acides gras totaux). Pas d’inquiétude donc si vous le voyez sur l’étiquette. Toutefois si vous souhaitez éviter cet ingrédient, il existe des produits, comme ceux de la marque Premibio, sans huile de palme (remplacée par de l’huile de coco).

Bon à savoir

– La taurine est naturellement présente dans le lait maternel (4.2 mg pour 100 ml). C’est un acide aminé qui sert au bon développement du système nerveux du nourrisson. Pour se rapprocher de cette donnée, la plupart des fabricants en ajoutent dans leurs préparations. Mais rassurez-vous, la quantité est strictement encadrée ; rien à voir avec ce que l’on trouve dans les boissons énergisantes !

– Les laits maternisés 1er âge (0 à 4-6 mois) et 2ème âge (4-6 mois à 1 an) ont vu le jour en 1974. Le lait de croissance, lui, est venu plus tard. Il peut être consommé dès 12 mois.

– Le lait en poudre pour adulte existe aussi. Après reconstitution, il offre les mêmes nutriments qu’un lait liquide de même nature. Ses avantages : il peut se conserver plus longtemps et être utilisé facilement en cuisine.

4 thoughts on “Tout savoir sur le lait en poudre bio pour bébé

  1. Pour ma part je pense que c’est très important de donner les meilleures choses à son enfant et le lait bio en fait parti, en plus c’est son alimentation principale pendant le début de son développement.

  2. Bonjour,
    Vous n’abordez pas les préparations végétales (riz, amande) or ce sont des boissons aussi bonnes nutritionnellement que les laits animaux.

    1. Bonjour,

      En effet, les laits végétaux auraient pu être mentionnés ici, à condition toutefois que ce soient des laits végétaux maternisés :).

      Je reste à votre disposition si besoin.

      Belle journée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Spam protection by WP Captcha-Free